Getty Images/iStockphoto

Certaines personnes visent et réussissent à atteindre leur indépendance financière dès la quarantaine, sans pour autant avoir gagné à la loterie ni vendu une start-up à gros prix. Comment font-ils?

Les adeptes de la retraite précoce n’ont pas pour ambition de rester assis dans leur salon à regarder des reprises de Virginie. Ils veulent juste ne plus avoir besoin de travailler pour vivre, et pouvoir se consacrer entièrement à leur passion.

Leur secret? Il est simple: 
dépenser le moins possible, épargner le plus possible et investir leurs économies dans des placements qui devraient fournir un bon rendement à long terme.

Le succès du livre En as-tu vraiment besoin?, de Pierre-Yves McSween, montre que beaucoup de gens se questionnent sur l’utilité de certains achats. Au lieu de remplir leur carte de crédit, ceux qui veulent devenir financièrement indépendants restreignent leurs dépenses.

Privilégier les transports en commun ou faire durer sa voiture le plus longtemps possible. Vivre en couple pour partager au moins les coûts de logement. Ne pas habiter dans les quartiers les plus chers, rester locataire – ou attendre de pouvoir investir dans un duplex ou un triplex pour toucher des revenus de location. Cuisiner et apporter son lunch au travail plutôt que d’acheter des plats tout préparés ou de manger au resto le midi. Limiter ses forfaits de téléphone et de télévision au strict minimum (ou couper le câble, carrément). Voyager de façon économe, hors des périodes de pointe. Bref, prendre l’habitude de vivre de façon frugale, c’est réduire d’autant ses besoins de revenu à la retraite.

À court terme, économiser permet surtout d’épargner. Les règles fiscales vous autorisent à placer jusqu’à 18% de votre revenu dans un REER chaque année, jusqu’à concurrence de 25 370$ pour 2016. Ce pourcentage n’est pas dû au hasard: il correspond grosso modo au taux d’épargne souhaitable pour quelqu’un qui travaillerait pendant 35 ans, puis qui voudrait toucher à sa retraite environ 70% de son revenu d’emploi.

Vous voulez prendre votre retraite plus jeune? Épargnez davantage. Les futurs retraités les plus précoces visent à épargner de 50 à 60% de leurs revenus. C’est presque inconcevable si votre salaire est modeste, mais vous pouvez très probablement faire beaucoup mieux que la moyenne des Québécois, dont le taux d’épargne moyen ne dépasse guère 3%! Profitez au maximum des REER, mais aussi des CELI (jusqu’à 5500$ par an).

Faire travailler son argent
Le troisième impératif pour acquérir l’indépendance financière, c’est d’investir à long terme plutôt que de laisser dormir son argent dans un compte bancaire. Chacun a sa propre tolérance au risque, mais les actions (au moins sous forme de fonds communs ou de fonds négociés en Bourse associés à des indices) et 
l’immobilier (immeubles à 
revenus) font souvent partie des stratégies d’investissement des jeunes pressés de prendre leur 
retraite.

On devrait pouvoir tirer chaque année au moins 4% d’un portefeuille financier sans entamer son capital. Si vous avez besoin de 60 000$ par an à la retraite, il vous faudra amasser 1,5M$. Mais si votre couple peut vivre avec 30 000$ par an, alors l’indépendance financière n’est peut-être pas un rêve si lointain…

Étude de cas: Arrêter 
à 45 ans?

Si vous êtes prêt à vous serrer la ceinture – et à la garder serrée pendant votre retraite –, alors l’indépendance financière peut être un objectif réaliste en seulement 20 ans de vie professionnelle. Le scénario suivant vous dit comment.

Un couple gagnant en moyenne 80 000$, dont les deux membres contribueraient chaque année au maximum au REER et au CELI, qui investirait dans un portefeuille de placements rapportant un rendement net annuel de 4%, pourrait accumuler en 20 ans un pécule de 750 000$ en dollars d’aujourd’hui. Environ 500 000 $ proviendraient des contributions et 250 000$ des intérêts, dividendes et gains en capital générés par les placements. Ce patrimoine permettrait au couple de toucher un revenu annuel de 30 000$ au cours des 
45 années suivantes…

Un exemple, en chiffres (Chiffres pour un couple, 
en dollars d’aujourd’hui)

  • De 25 à 45 ans: épargner
  • Revenu annuel moyen: 80 000$
  • Contribution au REER: 14 400$
  • Contribution au CELI: 11 000$
  • Total des contributions:
 14 400$ + 11 000$
 = 25 400$
    Mais comme 4 100 $
 de la contribution au CELI 
sont financés par le
 remboursement d’impôt
 du REER
    Épargne nécessaire :
 14 400$ + 11 000$ – 4 100$ 
= 21 300$

 (27 % du revenu brut)
  • Taux de rendement brut espéré : 6%
  • Taux d’inflation escompté : 
2%
  • Taux de rendement net: 4%
  • Total accumulé
dans REER + CELI
 après 20 ans:
 755 000$
  • De 45 à 90 ans:
 profiter
  • Taux de
décaissement annuel: 
4%
  • Décaissement 
annuel brut: 30 200$

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!