Doug Nicholson Levitt. Doug Nicholson / La Presse Canadienne

TORONTO – La luminothérapie, déjà bien connue pour soigner la «dépression saisonnière», pourrait aussi réduire les symptômes de la dépression proprement dite, selon une étude canadienne.

Des chercheurs ont découvert que les patients souffrant d’une dépression que l’on soignait avec une combinaison d’antidépresseurs classiques et de luminothérapie se sentaient beaucoup mieux que ceux qui étaient soignés par une seule de ces deux thérapies.

Les chercheurs ont évalué quatre combinaisons de thérapies: lumière et antidépresseur, lumière et placebo, fausse luminothérapie et antidépresseur, fausse luminothérapie et placebo.

Les patients traités par la luminothérapie étaient exposés à des séances quotidiennes de 30 minutes, pendant les huit semaines de l’étude.

La luminothérapie est utilisée depuis un moment pour soigner la «dépression saisonnière», mais on ignorait jusqu’ici ses effets sur la dépression nerveuse.

Le coauteur de l’étude Anthony Levitt, psychiatre au Centre des sciences de la santé Sunnybrook, à Toronto, soutient que la luminothérapie, combinée aux antidépresseurs, peut réduire plus rapidement les symptômes de la dépression.

«La luminothérapie constitue une option de traitement peu coûteuse, aux effets secondaires mineurs, et notre étude démontre qu’elle peut être bénéfique pour de nombreux patients souffrant de dépression», conclut le docteur Levitt, qui a été surpris, comme ses collègues, de l’efficacité du traitement combiné.

L’étude, dont les résultats sont publiés dans la revue américaine de psychiatrie JAMA, a été menée auprès de 122 patients un peu partout au Canada. Il s’agirait de la plus vaste étude menée jusqu’ici pour évaluer l’efficacité de la luminothérapie sur la dépression «non saisonnière».

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!