TC Media - Vicky Michaud Les Saint-Pierrois pourront continuer à effectuer des transactions au guichet de la rue St-Jacques pendant quelque temps. Des raisons de sécurité avaient aussi justifié la décision de fermer la Caisse.

Face à l’opposition des dernières semaines, la Caisse Desjardins de Lachine revient sur sa décision concernant son point de service dans le quartier Saint-Pierre. Les comptoirs seront bel et bien fermés le 28 octobre comme prévu, mais le guichet automatique restera disponible aux usagers pour quelque temps.

« C’est une solution temporaire, puisque l’immeuble sera mis en vente sous peu. On peut s’attendre à ce que le nouveau propriétaire veuille disposer de son immeuble à sa guise », spécifie le directeur général de la Caisse, Stéphane Lavoie.

Même si l’édifice n’était pas vendu, le guichet sera retiré au plus tard en 2018, au moment où Desjardins renouvellera l’ensemble de ses équipements.

Près de 5000 transactions sont pourtant effectuées mensuellement. Le groupe Desjardins estime qu’en-dessous de 10 000 opérations, un guichet n’est pas rentable.

« Ça donne assez de temps pour permettre à nos clients de s’adapter à cette nouvelle réalité. D’ici là, nous prévoyons travailler à leur enseigner les différentes options qui s’offrent à eux, comme les transactions téléphoniques, que très peu connaissent », souligne le DG.

Bon compromis
Du côté de Revitalisation St-Pierre, le directeur David Marshall semble satisfait de la tournure des événements.

« Les résidents et organismes du secteur tiennent à leur Caisse et le maintien du guichet automatique était un minimum. La direction a démontré une grande ouverture au dialogue », indique-t-il.

De plus, il espère que cette collaboration se poursuivra. M. Lavoie a d’ailleurs mentionné que la Caisse poursuivrait son engagement dans le milieu communautaire. Il a fait remarquer qu’il n’était pas rare qu’un organisme sans but lucratif s’installe dans des anciens locaux occupés précédemment par une Caisse Desjardins.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus