(Photo: Gracieuseté - Arrondissement Sud-Ouest) Le projet de Mondev devrait être adopté au prochain conseil d'arrondissement le 13 août.

Un nouvel immeuble à condos verra bientôt le jour sur la rue William dans Griffintown, à l’endroit de l’usine spécialisée en traitement métallurgique Thermetco, qui a dû déménager en raison de problèmes de covoisinage. Sur un total de 153 unités, une quinzaine de logements seront destinés aux familles, une statistique qui fait sourciller certains résidents du quartier.

Pour Étienne Le Nigen, qui habite Griffintown depuis plus de dix ans, il y a un très gros déséquilibre dans le quartier en ce qui a trait aux logements familiaux. «Évidemment, pour les promoteurs, ce qui est le plus payant ce sont les studios et les unités à une chambre», croit le père d’une petite fille.

Il déplore que seulement 10% des logements du projet immobilier de huit étages de Mondev aient trois chambres ou plus. «Je me serais attendu à un pourcentage plus élevé, comme 15 ou 20%. Je me souviens pourtant que Projet Montréal s’était engagé à attirer les familles à Montréal», ajoute M. Le Nigen.

Le parti politique municipal avait effectivement promis lors de sa campagne électorale à l’automne d’imposer aux promoteurs la construction de 20% de logements familiaux dans tous les nouveaux projets d’envergure, soit de 40 unités et plus.

Or, aucune législation à cet effet n’a encore été adoptée, mais la Ville de Montréal travaille actuellement sur un règlement concernant l’offre de logements sociaux, abordables et familiaux afin de répondre aux besoins des Montréalais.

Marché
«Présentement, l’inclusion de logements pour les familles se fait au cas par cas sur la base de négociations avec les promoteurs, indique la chargée de communications à l’arrondissement, Denise Paré. Dans le Sud-Ouest, c’est pour une question d’équité envers tous les promoteurs que nous avons établi à 10% la demande d’inclusion.»

Cette proportion de logements familiaux est suffisante pour le marché, selon le partenaire principal chez Mondev, Michael Owen. «C’est amplement pour un projet de ce genre, c’est la réalité du marché. Il y a une demande pour des logements de trois chambres, mais elle n’est pas aussi forte que pour le reste», explique-t-il.

Ce dernier n’est toutefois pas fermé à l’idée d’ajouter des logements familiaux, comme les plans de l’intérieur de la bâtisse ne sont pas officialisés.
Mme Paré précise que l’une des plus grandes coopératives d’habitation pour familles est maintenant à Griffintown. Elle compte près de 180 logements dont la majorité a de trois à cinq chambres à coucher.

«Une deuxième phase de ce projet devrait voir le jour dans quelques années ce qui représentera une offre importante dans le quartier», ajoute-t-elle.

Cependant, contrairement aux condos, il est impossible d’être propriétaire d’une unité de coopérative d’habitation. Les résidents louent leur logement, mais possèdent l’immeuble collectivement.

École
L’exode des familles de Griffintown s’explique davantage par l’absence d’établissements scolaires que par le manque de logements de trois chambres et plus, selon l’arrondissement du Sud-Ouest.

Lors de l’assemblée publique du 20 juin au sujet du futur immeuble à condos, une résidente du quartier, Suzanne Lahaie, a d’ailleurs questionné la croissance fulgurante de l’immobilier dans le quartier alors qu’aucune école n’est envisagée. Or, comme le terrain n’appartient pas à la Commission scolaire de Montréal (CSDM), il est impossible de l’utiliser à des fins scolaires.

«La CSDM évalue présentement différentes options pour répondre à la demande», ajoute Mme Paré.

L’expropriation de ce terrain afin de permettre la construction d’une école est toutefois exclue des options.

Projets immobiliers % de logements familiaux
Charlotte 6%
GH Griffintown 0%
W Griffintown 0%
Lowney 9 8%
Lowney 10 10%
Lowney sur ville 3 0%
Lowney sur ville 4 0%
Yoo 7%

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!