Métro

OTTAWA — Le gouvernement fédéral interdira à l’été 2018 la vente au Canada de gels de douche, dentifrices et autres produits de toilette qui contiennent des microbilles de plastique — une plaie pour les écosystèmes marins.

Selon un avis publié vendredi dans la Gazette du Canada, Ottawa interdira la vente de ces produits de toilette dès le 1er juillet 2018 —un an après les États-Unis. Cette interdiction touchera les produits naturels et les médicaments sans ordonnance un an plus tard, le 1er juillet 2019.

Il incomberait à l’importateur de s’assurer que ces produits ne contiennent pas de microbilles de plastique, précise Ottawa. Mais comme les produits cosmétiques vendus au Canada doivent obligatoirement porter une étiquette indiquant les ingrédients, les importateurs pourront déterminer si des ingrédients de plastique, comme le polyéthylène, ont été utilisés, rappelle le gouvernement.

Environnement Canada avait commencé en mars 2015, sous le gouvernement conservateur, à étudier les impacts de ces microbilles de plastique sur la vie marine et l’environnement. Trois mois plus tard, les microbilles ont été déclarées toxiques par le gouvernement canadien.

Les microbilles de plastique, dont la taille est inférieure à cinq millimètres, sont utilisées comme exfoliant ou nettoyant pour le corps humain. Non solubles dans l’eau après l’utilisation des produits de toilette, elles se retrouvent dans les cours d’eau et les océans, où elles sont ingérées par divers organismes.

En 2014, les entreprises canadiennes ont importé des produits de toilette qui contenaient près de 100 000 kilos de microbilles de plastique, et ont exporté des produits qui contenaient entre 1000 et 10 000 kilos de microbilles, indique le gouvernement.

En vertu de la modification à la Loi sur la protection de l’environnement, il serait interdit dès le 1er janvier 2018 de fabriquer ou d’importer au Canada des produits de toilette qui contiennent des microbilles, excluant les produits de santé naturels ou les médicaments sans ordonnance. La vente de ces produits serait interdite six mois plus tard.

La Commission européenne indiquait déjà en décembre 2014 que ces produits de toilette ne pouvaient être présentés comme «bons pour l’environnement». Le Congrès américain a approuvé un an plus tard l’interdiction des microbilles de plastique dans les produits de toilette à compter du 1er juillet 2017 — un an avant le Canada. L’Australie a instauré une interdiction volontaire jusqu’au milieu de 2018.

Selon l’Association canadienne des cosmétiques, produits de toilette et parfums, une majorité de fabricants, qui utilisaient 99 pour cent de toutes les microbilles en 2014, se sont déjà engagés à procéder à un retrait volontaire.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus