Getty Images/iStockphoto Aucun aliment ne devrait être banni de la maison.

Les experts de la santé ne cessent de rappeler l’importance de manger sainement. Or, les bonnes habitudes, comme les mauvaises, se prennent durant l’enfance. Voici quelques conseils de la nutritionniste Mylène Duplessis Brochu qui vous permettront d’inculquer de saines habitudes alimentaires aux petits. 

1. Proposer un menu de qualité
Une assiette équilibrée devrait être divisée en trois : une part pour les légumes, une pour les produits céréaliers et une autre pour la viande ou les substituts. «Présenter à un enfant une assiette aussi variée lui permet de goûter à plusieurs choses et de développer ses goûts. Par ailleurs, dès que bébé atteint l’âge d’un an, il est important de servir le même repas à tous les membres de la famille», affirme Mylène Duplessis-Brochu, nutritionniste à la Fondation OLO.

2. Montrer le bon exemple
Tous les parents le savent: les enfants apprennent par mimétisme. «Pour inciter notre enfant à manger, il n’y a donc pas de meilleur truc que de manger avec lui. Il faut aussi montrer de l’enthousiasme à l’égard des aliments, même ceux qui nous plaisent moins», indique la nutritionniste. De plus, les parents ne doivent pas restreindre les horizons alimentaires de leurs petits en raison de leurs propres préférences. Après tout, ce n’est pas parce que papa n’aime pas le brocoli que son enfant sera nécessairement du même avis!

3. Demeurer  à l’écoute de leurs besoins
Si les parents sont responsables de la qualité des aliments qu’ils proposent à leurs enfants, ces derniers, en revanche, devraient pouvoir décider de la quantité de nourriture qu’ils mangent. «En effet, l’enfant est le mieux placé pour reconnaître son propre sentiment de satiété. S’il nous dit qu’il n’a plus faim, on doit l’écouter. En lui mettant de la pression ou en faisant du chantage alimentaire pour qu’il termine son assiette, on risque de brouiller ses signaux de satiété, ce qui pourrait avoir de graves conséquences à long terme», prévient Mylène Duplessis-Brochu.

4. Éviter les interdits
La nutritionniste est formelle: aucun aliment ne devrait être banni de la maison. «C’est vrai qu’en tant que parent, on préfère voir notre enfant s’empiffrer de crudités plutôt que de croustilles. Mais il est normal de s’offrir des gâteries à l’occasion. Plus un aliment est interdit, plus il devient intéressant aux yeux de l’enfant. Cela peut donc le conduire à en manger en cachette ou, pire, provoquer chez lui des compulsions alimentaires», souligne la nutritionniste.

5. Instaurer une routine alimentaire
«Cela ne veut pas dire qu’il faut toujours manger la même chose, mais plutôt qu’il est préférable de manger à des heures similaires chaque jour et, dans la mesure du possible, de le faire au même endroit», précise Mylène Duplessis-Brochu. En plus de structurer la journée, une telle routine permet de sécuriser l’enfant. «Bien sûr, il peut y avoir des exceptions. Par exemple, s’il fait beau, on peut très bien aller faire un pique-nique à l’extérieur. Mais on doit expliquer à l’enfant qu’il s’agit d’une occasion spéciale», ajoute-t-elle.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!