Le logiciel conçu à Montréal pourrait éventuellement corriger beaucoup plus que les fautes.

Druide informatique, l’éditeur du logiciel d’aide à la rédaction Antidote, a annoncé la semaine dernière un don d’un million de dollars à l’Université de Montréal dans le but d’aider la recherche en intelligence artificielle. Entretien avec un des créateurs du logiciel sur ce domaine en pleine explosion.

C’est à l’occasion du 20e anniversaire d’Antidote et du 50e anniversaire du Département d’informatique et de recherche opérationnelle (DIRO) de l’Université de Montréal que Druide informatique a mis sur pied le Fonds Druide pour la recherche en analyse de texte, un fonds d’un million de dollars sur cinq ans destiné au laboratoire MILA du professeur Yoshua Bengio.

Même si Druide a un intérêt évident dans les études de cette sommité en intelligence artificielle, il s’agit bel et bien d’un don philanthropique, qui contribuera à financer la recherche publique. «C’est bon pour tout le monde; les autres compagnies pourront aussi bénéficier de la recherche qui sera réalisée grâce au fonds», explique Éric Brunelle, président et cofondateur de Druide.

Druide soumettra à l’équipe de Yoshua Bengio des idées de problèmes qui l’intéressent et sera aux premières loges pour profiter des futures percées du laboratoire, mais ce sera au professeur de décider des sujets de recherche étudiés avec les fonds.

Montréal, la «montagne de l’intelligence artificielle»
Avec la mise en place du Fonds Druide pour la recherche en analyse de texte, Éric Brunelle espère contribuer à l’écosystème entourant l’intelligence artificielle qui est en train d’éclore à Montréal. «Je crois beaucoup à l’idée de la montagne de l’intelligence artificielle proposée par Yoshua Bengio, à l’image de la Silicon Valley.»

Druide informatique pourrait bien sûr bénéficier de l’émergence d’un tel pôle. «J’ai espoir que des chercheurs viendront éventuellement travailler avec nous au privé, et que nous pourrons aussi maximiser les échanges de savoir et de savoir-faire entre les différentes équipes», ajoute le principal concepteur d’Antidote.

«Le logiciel pourrait éventuellement perfectionner le document d’une façon encore plus importante : mieux arranger les idées, reformuler les phrases, etc.» – Éric Brunelle, président et cofondateur de Druide

L’apprentissage profond: l’avenir d’Antidote
Même si Montréal est la sensation de l’heure en intelligence artificielle – Google et Microsoft ont aussi annoncé des investissements dans la métropole québécoise au cours des dernières semaines –, l’intérêt de Druide dans le domaine n’a rien d’un flirt passager. «Un des premiers commentaires que nous avons eus lors du lancement de la première version d’Antidote en 1996 était que c’était vraiment un beau système d’intelligence artificielle», se rappelle Éric Brunelle.

Encore aujourd’hui, les informaticiens de Druide ont constamment recours à l’intelligence artificielle et aux techniques d’apprentissage, notamment pour la création du dictionnaire des cooccurrences et pour permettre à l’analyseur d’Antidote d’utiliser ces dernières afin de résoudre les ambiguïtés dans un texte.

«Nous n’utilisons toutefois pas d’apprentissage profond», précise Éric Brunelle, en ajoutant que c’est en partie ce que l’entreprise espère corriger avec la mise en place du fonds. L’apprentissage profond est une branche de l’intelligence artificielle particulièrement en vogue, dont les effets commencent à être observés dans de plus en plus de secteurs.

«Il s’est fait un saut quantique en intelligence artificielle au cours des 10 dernières années grâce à l’apprentissage profond», explique le cofondateur de Druide informatique. Pour ce dernier, l’analyse de texte pourrait bien être le prochain domaine à être transformé par cet outil informatique, après notamment la reconnaissance d’images et la reconnaissance vocale. «Nous voulons être dans la course, au cœur de cette révolution qui s’en vient», ajoute-t-il.

L’apprentissage profond pourrait améliorer Antidote de plusieurs manières, croit Éric Brunelle. «Présentement, Antidote corrige les erreurs dans un texte, mais le logiciel pourrait éventuellement perfectionner le document d’une façon encore plus importante : mieux arranger les idées, reformuler les phrases, etc.»

Bref, avec l’apprentissage profond, Antidote pourrait s’attaquer au sens des textes qui lui sont soumis, ce qui n’est pas possible pour le moment. «Notre intérêt pour l’apprentissage n’est toutefois pas limité à l’aide à la rédaction, lance Éric Brunelle. Il y a d’autres applications pour lesquelles Druide informatique pourrait se montrer preneur, mais je ne peux en dire plus pour l’instant.»

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!