Getty Images Au cours de la vingtaine et de la trentaine, des tas de changements surviennent, et on ne les vit pas en synchronisme avec ses meilleurs amis.

L’argent, la vie de couple, les bébés… Rien de tout ça ne devrait interférer avec vos amitiés. Voici quelques conseils pour mieux composer avec les grands bouleversements de la vie sans perdre vos meilleurs amis.

Quand on est au cégep, on vit à peu près les mêmes choses que ses copains. Mais au cours de la vingtaine et de la trentaine, des tas de changements surviennent, et on ne les vit pas en synchronisme avec ses meilleurs amis. Shasta Nelson, présidente du site GirlFriend Circles.com et auteure du livre Friendships Don’t Just Happen, nous donne quelques conseils pour arriver à préserver nos amitiés au fil des années.

Les trois clés de l’amitié
«Toutes les amitiés sont bâties sur trois éléments afin d’assurer qu’elles perdurent: une vision positive de la relation, de la constance et la capacité de se montrer vulnérable devant l’autre», dit l’auteure, qui vient de consacrer un ouvrage à cette question, Frientimacy. «Chaque fois qu’une amitié s’éteint, un de ces trois éléments est en cause. L’envie ou la colère sont incompatibles avec la vision positive de la relation. Ne plus trouver de temps pour l’autre affecte la constance de l’amitié. Et si on refuse de s’ouvrir à son meilleur ami comme avant, c’est la capacité d’être vulnérable qui est en cause.» Mme Nelson a évoqué avec Métro trois menaces à l’amitié, et a indiqué comment y faire face grâce aux trois clés de l’amitié.

Les différences de salaire
Quand vous étiez étudiante, ça ne vous posait aucun problème que votre meilleure amie complète un MBA pendant que vous finissiez votre bac en travail social. Mais plus tard, la différence entre vos deux salaires risque d’entraîner des frictions. Même chose si l’une de vous deux perd son emploi. Personne n’aime parler d’argent, pas même les bons amis, et pour cause : le sujet est épineux et susceptible de générer des conflits…

«En ayant à l’esprit la vision positive de la relation, félicitez votre copain ou copine qui gagne plus que vous. Si vous vous laissez aller à la jalousie, au cynisme ou à des remarques passives-agressives, la relation va s’effriter…» En outre, proposez vous-même à l’autre des activités qui correspondent à votre budget. «Souvent, c’est notre insécurité ou notre jugement sévère sur nous-mêmes qui menacent notre amitié. Il faut éviter de se laisser envahir par ces sentiments pénibles.» On doit aussi accepter de se montrer vulnérable, parler à son meilleur ami de ce qu’on ressent, et même lui dire que parfois, on l’envie. Il se montrera probablement plein de sympathie.

La vie de couple
Si vous aviez l’habitude de recevoir les confidences d’un ami et que vous perdez ce rôle au profit de son conjoint, vous en éprouverez du chagrin. C’est normal. Selon Mme Nelson, ce qu’il faut faire alors est tout simple: en parler. «Des recherches sur cette question ont montré que les amitiés s’approfondissent quand les gens sont capables de parler de leur relation.»

Il faut d’abord identifier le problème, en s’inspirant des trois fondements de l’amitié, puis accepter d’aller au fond des choses. «Si c’est la constance de vos contacts qui est affectée parce que votre amie nouvellement en couple est trop occupée ou ne vous voit plus qu’en compagnie de sa moitié, trouvez une façon de passer du temps rien que tous les deux. Elle s’ennuie sûrement de vous elle aussi! Mais elle a besoin de réorganiser ses priorités, en tenant compte du changement qu’elle est en train de vivre.»

Les bébés
Avoir un enfant est un des plus grands bouleversements qui soient. Que vous soyez vous-même le nouveau parent ou que ce soit le cas de votre ami, vous devez parler de ce qui se passe dans votre vie, dit Mme Nelson. «Bien des nouvelles mamans ont peur d’ennuyer les gens à force de ne parler que du bébé, si bien qu’elles n’osent plus rien dire. Elles ont besoin d’entendre leur meilleure amie leur dire: “Bien sûr que tu vas me parler de ton bébé! Je veux qu’on en parle autant que de ce qui se passe dans ma vie à moi. Ce qui t’arrive est important, et ça m’intéresse!”» L’auteure précise qu’il n’est pas nécessaire d’avoir soi-même des enfants pour offrir à sa copine l’ouverture dont elle a besoin pour parler. «Demandez-lui comment c’est d’être une maman, ce qu’elle trouve le plus dur, ce qui lui fait le plus peur»,
suggère-t-elle.

En ce qui concerne la constance, même quand on est plongé dans un tourbillon, il faut trouver du temps pour ses amis. Et tant pis si le type d’activités que vous faites ensemble doit changer! Peu importe quel changement votre relation est en train de subir, établissez avec votre ami une nouvelle «normalité». Cela permettra à cette amitié de traverser l’épreuve des années.

Aussi dans Vivre :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!