Soutenez

Infologis s’invite dans la campagne électorale

Manif Infologis
Le rassemblement sera suivi d’une manifestation qui se clôturera par une fête familiale au parc Jean-Amyot. Photo: Jason Paré, Métro Média

L’organisme Infologis a tenu un rassemblement dans la circonscription de Camille-Laurin le 11 septembre, afin d’inviter les candidats de l’est de Montréal à prendre des engagements en faveur du droit au logement.

L’organisme constate entre autres que le nombre d’appels provenant de locataires de cette circonscription a plus que doublé en cinq ans. Le nombre d’appels a ainsi passé de 289 en 2016-2017 à 632 en 2021-2022 dans Camille-Laurin, et la situation ne serait guère plus reluisante dans les circonscriptions de LaFontaine, Anjou–Louis-Riel et Pointe-aux-Trembles, d’après les chiffres de l’organisme.

«La crise du logement fait qu’il y a plus de hausses de loyer et qu’elles sont plus salées, soutient le responsable des services juridiques aux locataires à Infologis, Jean-Christophe Bureau. Les gens subissent plus souvent du harcèlement, des tentatives d’éviction et des reprises de logement.»

Selon ce dernier, les recours à la disposition des locataires seraient inefficaces et ne parviendraient pas à protéger les locataires, particulièrement dans les cas des rénovictions.

Si plusieurs solutions sont possibles pour faire face à ce phénomène, Infologis demande entre autres l’instauration d’un registre des loyers obligatoire et national pour contrôler l’ensemble des loyers dans le marché privé.

Actuellement, un nouveau locataire peut déposer un recours au Tribunal administratif du logement pour faire fixer un loyer, mais il est difficile de prouver quel était le montant qui était payé par le locataire précédent, explique-t-il.

Alors que si c’était un registre obligatoire que les propriétaires devaient remplir, ce serait de l’information publique qu’on pourrait utiliser dans le cadre d’une audience pour faire fixer le loyer.

Jean-Christophe Bureau, responsable des services juridiques aux locataires à Infologis

Du côté du marché public, ce serait la construction de 50 000 nouveaux logements sociaux en cinq ans pour l’ensemble du Québec, dont 22 500 pour la région de Montréal.

«Ça permettrait de loger bien des gens qui n’arrivent pas à se loger décemment avec le marché privé actuels», conclut-il.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Mercier & Anjou.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.