Vaudreuil-Soulanges
16:41 22 juillet 2021 | mise à jour le: 22 juillet 2021 à 16:41 Temps de lecture: 4 minutes

«Nos voix pour des toits»: un balado sur le logement

«Nos voix pour des toits»: un balado sur le logement
Photo: Olivier BoivinLe balado est disponible sur toutes les plateformes de diffusion.

Afin d’initier les résidents, les élus et la population des enjeux liés au logement social et abordable, la Fédération régionale des OSBL d’habitation de la Montérégie et de l’Estrie (FROHME) a créé une série de baladodiffusions. Le premier de huit épisodes traite des problématiques de la région de Vaudreuil-Soulanges.

Nommé Nos voix pour des toits, la série propose des discussions entre locataires, élus et intervenants sur la question du logement social et communautaire. Leur durée est entre 45 minutes et une heure.

L’organisme a plusieurs objectifs avec ce projet dont sensibiliser les locataires aux enjeux, discuter de ceux-ci avec les élus et obtenir l’appui de la population. La popularité grandissante du format de diffusion audio lui paraissait donc logique.

«On veut faire la promotion du logement social et communautaire comme une opportunité pour les Québécois d’avoir  un toit sur la tête abordable, indique le directeur général, Martin Bécotte. On essaye d’influencer les politiques publiques et les choix réglementaires dans ce sens-là et pour ça il faut l’appui de la population. On croit qu’avec un balado, on rejoint plus de personnes.»

Parole aux locataires

Ce sont des locataires qui animent l’émission Nos voix pour des toits et participent aux choix des sujets et à la production des épisodes. Pour M. Bécotte, il était important de leur donner une place centrale afin qu’ils mettent de l’avant les enjeux qui les touchent directement.

«Souvent ceux qui participent sont des membres du conseil d’administration de leur immeuble, dit-il. On veut que les gens qui écoutent le balado voient que ceux qui habitent dans les logements sociaux sont des personnes comme tout le monde articulés, impliqués et qui travaillent fort.»

Nicole Saint-Germain Bélanger, une locataire du Centre Louis-Olivier-Dufault à Sainte-Justine-de-Newton, a participé au premier épisode. Celle qui est membre du C.A de son établissement trouvait important de porter la voix de ses voisins et voisines.

«Avec les ouvertures de centre de distribution d’Amazon et de Canadian Tire, les travailleurs ne feront pas une heure et demie de transport pour un emploi à 17$ de l’heure. Il va falloir trouver une façon de les loger malgré l’explosion des prix de logements et d’immobilier que connait la région.»

Martin Bécotte

«Grâce au podcast, j’aimerais que les gens se sensibilisent et se réveillent parce que demain matin ils pourraient avoir recours au logement social, dit-elle. Il y a beaucoup de préjugés qu’il faut démystifier.»

Selon elle, il faudrait notamment plus de travailleurs de rue dans la région. «Les organismes n’ont pas assez de ressources pour en engager et nous avons vraiment besoin d’eux pour qu’il y ait un meilleur suivi, explique-t-elle. Il y a seulement deux personnes qui font le tour des logements sociaux de la région. Ce n’est pas suffisant.»

Vaudreuil-Soulanges

Le premier épisode de la série s’intéresse à la région, notamment pour les problématiques qui risquent de survenir avec le développement économique des prochaines années et l’arrivée de l’hôpital.

«Ça va être assez catastrophique ce qui s’en vient en termes d’impact de la population en raison de l’arrivée d’entreprises et d’un hôpital alors qu’il n’y a aucun projet dans les boîtes de logement social ou abordable», avance M. Bécotte.

Selon lui, les nombreux nouveaux emplois bien payés créeront une demande pour des services de proximité comme des dépanneurs ou des restaurants, qui eux auront besoin d’une main-d’œuvre moins bien payée.

Celle-ci pourrait avoir de la difficulté à se loger, ce qui pourrait également mener à une pénurie de main-d’œuvre. «Le développement économique de la région va vraiment être handicapé car  personne ne fait le lien avec le besoin de loger ces travailleurs essentiels», continue-t-il.

Ce sujet est d’ailleurs discuté dans l’épisode qui se trouve sur toutes les plateformes de baladodiffusion. Un deuxième épisode de Nos voix pour des toits, traitant de la crise du logement, est également disponible.

Articles similaires