Actualités
09:45 14 octobre 2019

L’espoir de faire changer les choses

L’espoir de faire changer les choses
Photo: GracieusetéLiana Canton Cusmano défend les couleurs du Parti vert du Canada.

Préoccupée par les changements climatiques, l’embourgeoisement et l’itinérance, Liana Canton Cusmano se lance en politique avec le Parti vert du Canada dans la circonscription de Ville-Marie-Sud-Ouest-Île-des-Sœurs en raison de sa plateforme inclusive et progressive.

L’artiste de slam et écrivain de 24 ans a grandi à Saint-Léonard au sein d’une famille italienne. S’identifiant comme une personne queer et trans non binaire, la candidate se joint à un parti qui défend cette communauté.

«Être une personne transgenre, précise Liana, cela signifie qu’on ne s’identifie pas au genre qui nous a été assigné à notre naissance»

Précisons que le mot queer est donné aux membres de la communauté LGBT (lesbiennes gais, bisexuels, transgenres) qui sont en période d’incertitude sur leur orientation ou leur identité sexuelle. Quant au terme non binaire, cela désigne les gens n’étant ni exclusivement homme ni exclusivement femme et même un mélange des deux.

Liana Canton Cusmano s’implique en politique afin de faire une différence. «J’ai espoir de faire changer les choses comme l’itinérance, les dettes scolaires, la gentrification, la crise climatique. Il faut de nouvelles perspectives au Parlement en élisant des personnes qui comprennent bien ces injustices et qui adopteront des lois protégeant les plus vulnérables. »

Enjeux

Liana Canton Cusmano connait personnellement l’enjeu de l’embourgeoisement. Demeurant à Saint-Henri, il y a un an, son immeuble a été vendu et transformé en condominiums.

«La gentrification touche les étudiants, mais aussi les personnes à faible revenu qui ont besoin d’un endroit abordable pour vivre et leur déplacement est injuste et inacceptable», croit-elle.

Dans le but de contrer ce phénomène, son parti propose d’offrir du financement aux organismes et coopératives de logement sans but lucratif situés dans les quartiers urbains aux prises avec la spéculation immobilière.

Détentrice d’un baccalauréat en arts en anglais à l’Université McGill, la candidate déplore le manque de soutien aux étudiants universitaires. «Le Parti vert du Canada promet l’abolition des frais de scolarité et l’élimination des dettes des étudiants supérieures à 10 000$ et l’instauration de programmes qui leur permettront de s’intégrer sur le marché du travail», explique Liana Canton Cusmano.

Sa formation politique souhaite protéger les industries culturelles en imposant des taxes aux géants comme Google, Facebook et Netlfix. La société a  besoin des artistes. «Sans eux, on n’a pas de musique ni littérature ou cinéma. Ce sont les arts et la culture qui nous connectent en tant qu’individu.»

Primordial

La résidente du quartier Ville-Marie considère que l’environnement demeure un enjeu majeur de la présente campagne électorale. «C’est la chose la plus importante en raison de la crise climatique qui a des ramifications dans chaque secteur autant dans les centres urbains que les régions rurales.»

Suivant ses principes, Liana Canton Cusmano fait du porte-à-porte à pied depuis le début de la campagne. Elle tente de rencontrer le plus de gens possible d’ici la date du scrutin, le 21 octobre