Actualités
12:15 2 décembre 2019

Luc Ferrandez suggère d’élargir l’aide médicale à mourir

Luc Ferrandez suggère d’élargir l’aide médicale à mourir
Photo: Josie Desmarais/MétroLuc Ferrandez

L’aide médicale à mourir pourrait-elle s’étendre à ceux qui désirent ne pas devenir un «fardeau» pour la société? C’est la question que s’est posé l’ex-politicien Luc Ferrandez, lundi matin.

«Pourrions nous, pour des raisons environnementales, sociales et économiques, décider que nous voulons recevoir l’aide à mourir pour ne pas constituer un fardeau pour notre famille et la société en général?», écrit l’ex-maire du Plateau-Mont-Royal dans une publication Facebook, lundi.

M. Ferrandez souhaite uniquement «approfondir la discussion sur l’aide la mourir».

«Est-ce immoral de poser cette question?», s’interroge-t-il sur son compte personnel.

Publication Facebook de Luc Ferrandez suggérant l'aide médicale à mourir comme mesure pour l'environnement.
Publication de Luc Ferrandez du 2 décembre 2019.

L’ancien élu cite la possibilité que le «fardeau» devienne une condition d’admissibilité pour la Loi sur l’aide médicale à mourir. Celle-ci se limite actuellement aux critères de souffrance et de mort prévisible du patient.

«Pour l’instant, la loi ne considère pas cette possibilité ou même une discussion visant à la prendre en compte», ajoute-t-il.

Plusieurs experts ont demandé la semaine dernière d’élargir le cadre législatif de cette mesure mise en place en 2016. Le gouvernement provincial ne se dit toutefois pas prêt à la repenser dans l’immédiat.

«Dangereux»

La directrice générale du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ), Linda Gauthier, considère que M. Ferrandez s’aventure sur un terrain «dangereux».

«Qu’est-ce qui arrive dans une journée où on est plus fatigué ou plus découragé? On pourrait être démoralisé à un point tel qu’on demande l’aide médicale à mourir, évoque-t-elle. Est-ce que c’est ça qu’on veut?»

Mme Gauthier craint qu’une loi élargie à ce point légifère le suicide. «C’est démoralisant de penser que je pourrais avoir accès à une porte pour l’autre côté d’une façon aussi facile», signale-t-elle.

Sans se dire d’accord avec les propos de M. Ferrandez, la spécialiste de l’aide médicale à mourir Émilie Lessard croit que la publication «a le mérite» d’ouvrir le débat.

«Il n’y a jamais eu de débat sur l’élargissement. Ça s’est décidé par une seule personne, la juge Christine Baudouin», rappelle-t-elle.

En septembre dernier, Me Baudouin a accordé à deux requérants le droit d’utiliser l’aide médicale à mourir malgré qu’ils n’étaient pas en fin de vie ou en situation de mort visiblement prévisible.

Droit collectif ou personnel?

La publication de Luc Ferrandez en a fait réagir plus d’un. Une utilisatrice avance entre autres que c’est «là que se situent les possibilités de dérapage».

«Pressions familiales, décisions politiques du genre. [Si] vous avez dépassé ce que le gouvernement peut dépenser pour vous, vous êtes invité à [mourir]. Ça me donne le froid dans le dos», soutient-elle dans la section des commentaires.

Un autre usager du réseau social demande de «faire attention à ne pas donner de munitions à ceux qui disent que la justification derrière cette loi est avant tout économique», écrit-il.

M. Ferrandez répond que ce droit se doit de demeurer dans le principe d’autodétermination. «Cela a donné lieu à des dérives épouvantables lorsque c’est un tiers qui décide qui est un fardeau. C’est la raison pour laquelle j’ai posé la question dans le cadre du droit à l’autodétermination», propose-t-il.

Émilie Lessard convient que les Québécois sont «prêts à débattre par rapport aux conditions médicales» du patient.

«Mais si on regarde les études sur l’acceptabilité sociale de l’euthanasie et du suicide assisté, les plus grands scores d’acceptabilité, c’est quand la fin de vie est proche», explique-t-elle.

Selon Mme Lessard, le contexte actuel ne laisse pas entrevoir de modification des critères. «[Le fardeau] pourrait être reconnu si la personne démontre que ça lui cause des souffrances psychiques intolérables, avance-t-elle. [Mais] ça serait très surprenant que ce soit impossible à soulager.»