Hochelaga-Maisonneuve
19:08 9 septembre 2020 | mise à jour le: 10 septembre 2020 à 01:12 temps de lecture: 4 minutes

Notre-Dame: de plus en plus de tentes, et un nouveau refuge déjà plein

Notre-Dame: de plus en plus de tentes, et un nouveau refuge déjà plein
Photo: Céline Gobert/Métro

Alors que le nombre de personnes en situation d’itinérance ne cesse d’augmenter au campement de fortune de la rue Notre-Dame, le nouveau refuge qui devait les accueillir est déjà au maximum de ses capacités.

Entre le 1er et le 9 septembre, 14 nouvelles tentes se sont ajoutées au campement de la rue Notre-Dame, dans Hochelaga-Maisonneuve, Guylain Levasseur en dénombre désormais 74.

La Ville avait demandé que le campement soit démantelé le 31 août, mais l’ultimatum n’a pas été respecté.

«On est prêts pour l’hiver», assure Guylain qui possède une vieille roulotte postée à l’entrée du campement. Certains itinérants ont profité de leur chèque d’aide sociale mensuel pour aller acheter des chaufferettes, dit-il.

«On va s’équiper de bons sleeping bag, y’en a des solides qui vont être capables de rester ici. Moi je suis prêt, même à -10 degrés je suis comme un pingouin sur un morceau de glace.»

This slideshow requires JavaScript.

La seule chose qui les ferait bouger est l’accès à un logement dans un HLM, d’autant que beaucoup ont entendu que plusieurs immeubles du secteur disposeraient de logements libres, mais qui n’auraient pas été rénovés.

«On nous traite comme des coquerelles, dit Guylain. La vague du Plateau Mont-Royal est descendue dans le Centre-Sud, et maintenant on se sent poussés à l’autre bout de l’île.»

Certains campeurs sont-ils allés dormir au nouveau refuge ouvert le 31 août dernier près du stade olympique?

«J’ai pas vu grand monde bouger, y’en a peut-être un ou deux, mais beaucoup ne sont pas capables d’aller dans des refuges, explique Guylain. Il faut se lever à 6h ou 7h. Ici, ils sont plus libres. Certains aussi ont des chiens. Moi jamais je ne laisserai tomber le mien.»

Déjà à pleine capacité

À trois stations de métro plus loin, le nouveau refuge situé dans l’aréna du YMCA a servi à pleine capacité cette nuit. Avec ou sans les campeurs de Notre-Dame.

Il est 10h30. Un homme désinfecte les cubicules rudimentairement composés d’une table, d’une chaise et d’un lit de camp de la Croix-Rouge.

Séparés par de fins murs en contreplaqué entourés d’un genre de plastique facile à désinfecter, ces espaces servent de refuge temporaire aux itinérants dans le besoin.

Ce matin, tout le monde a quitté les lieux entre 7h et 8h. À la différence des autres refuges, les itinérants peuvent y réserver leur lit du soir.

Au total, le bâtiment leur offre 65 places. Un nombre de lits qui, s’il l’était suffisant en temps normal, ne l’est pas du tout dans la réalité post-Covid, comme l’explique Daniel Guillet, le directeur adjoint du CARE Montréal qui opère le refuge.

«Au début, on avait environ 35 personnes. Mais on est passés assez vite à 45, 55, puis maintenant on est dans une période dans laquelle on est à 80 personnes. On ajoute une quinzaine de matelas dans les demi-lunes de l’aréna, en respectant la distanciation.»

Bref, le refuge est déjà plein. Et les campeurs de Notre-Dame, eux aussi, ont augmenté en nombre.

«Ils ne pourront pas tenir tout l’hiver comme ça là, déplore M. Guillet. Il va y avoir des journées de pluie, des journées à -20 degrés…En majorité, les gens vont quitter le campement par la force des choses. Nous, on essaie de savoir comment on va les accueillir alors qu’on est déjà au maximum.»

L’organisme sait qu’il ne lui reste que de peu de temps avant les premiers grands froids.

«On a jusqu’à début novembre pour trouver des solutions.»

Questionnée à ce sujet, la Ville rappelle que ce sont 850 lits qui sont accessibles dans la métropole aux personnes en situation d’itinérance. En collaboration avec le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal et les partenaires communautaires, le plan des mesures hivernales devrait ajouter 200 places supplémentaires à haut seuil d’accessibilité dans le réseau.

Articles similaires