Lachine & Dorval
17:52 6 juillet 2021 | mise à jour le: 7 juillet 2021 à 11:20 Temps de lecture: 5 minutes

Berges, eau et communauté

Berges, eau et communauté
Photo: Alexandre Sauro/Métro MédiaQuai de Lachine

L’arrondissement Lachine est connu principalement pour son bord de l’eau accessible aux résidents et aux visiteurs. Étant situé sur l’Île de Montréal, il est également surprenant de réaliser l’important sentiment de communauté que l’on y trouve.

Les berges de Lachine et le lac Saint-Louis représentent une richesse particulière pour les Lachinois. C’est un endroit de rassemblement, de loisirs, mais aussi une manière de reconnecter avec la nature.

«C’est un endroit exceptionnel qui est trop méconnu des Montréalais. C’est vraiment magnifique», rapporte l’ancien directeur de Concert’Action Lachine, Pierre Barrette.

Depuis la création du nouveau parc riverain permettant désormais un accès universel à la rive, il est possible de louer des embarcations nautiques non motorisées et même d’assister à divers évènements culturels.

«Même si je ne suis pas encore une résidente, je viens faire un pique-nique quatre à cinq soirs par semaine sur le bord de l’eau et je m’y baigne tout l’été. On peut dire que je suis Lachinoise de cœur», exprime la nouvelle directrice de Concert’Action Lachine, Myriam Grondin.

C’est également sur la rive près de la 34e Avenue que l’on retrouve le fameux phare rouge qui possède un caractère emblématique de l’arrondissement et est un excellent endroit pour la photographie.

«Je dis toujours aux gens de l’extérieur: j’habite à Montréal, je suis à une minute du bord de l’eau, d’une piste cyclable, j’ai un kayak sous mon balcon et je suis à cinq minutes d’un aéroport international sans entendre les avions», remarque la directrice artistique et metteur en scène pour les Productions Multisens, Sylvie Blanchet.

Bien qu’il s’agît d’un des endroits les plus appréciés de l’arrondissement, les berges sont également l’un des plus grands soucis environnementaux du secteur. En effet, l’érosion des rives et les risques d’inondation comme celles de 2017 et 2019 sont une réalité bien présente. Heureusement, Ottawa et Montréal ont investi plus de 85 M$ afin de protéger les berges de l’île contre ces problématiques.

Plus de 220 espèces d’oiseaux migratoires voyagent à travers le lac Saint-Louis. On y observe notamment des hirondelles bicolores. La réhabilitation des berges permettra la protection de ces animaux et de réduire la pollution de l’eau pour le bien des poissons.  

Des travaux préparatoires ont déjà commencé dans les grands parcs. Le reste du réaménagement se déroulera au cours des deux prochaines années.

Espaces verts

En plus du bord de l’eau, Lachine possède une multitude de parcs permettant la pratique de plusieurs loisirs et de conserver ainsi une relation entre l’humain et la nature urbaine.

Au parc LaSalle, situé sur la rue Victoria, il y a une importante concentration de pins. C’est un endroit que Sylvie Blanchet affectionne particulièrement.

«J’étais toute jeune lorsqu’ils ont planté ces arbres dans le cadre de l’initiative Forêt y penser. Je pouvais sauter par-dessus les petits arbres et maintenant ils forment un magnifique boisé», raconte Mme Blanchet.

Ces espaces verts contribuent à un sentiment d’apaisement et donnent même l’impression de quitter la ville pour quelques instants, selon Mme Blanchet.

Le parc LaSalle est également un endroit où l’on peut retrouver de nombreuses installations sportives. L’arrondissement s’est entendu avec la Fondation Jays Care, l’organisme de l’équipe de baseball, les Blue Jays de Toronto, pour procéder à la réfection du terrain no1. On retrouve également une piscine publique complètement rénovée en 2021 et un skate-park.

Il existe d’autres parcs et espaces verts moins connus à Lachine qui méritent d’être visités, notamment les parcs Summerlea, Carignan et René-Lévesque.

Effet de communauté

Malgré le fait que Lachine fait partie de la grande métropole, les résidents de l’arrondissement possèdent un énorme sentiment d’appartenance à leur quartier. Certains diront même qu’ils ont l’impression de vivre dans un petit village.

:«Je suis tombé en amour avec Lachine surtout pour la qualité de vie et le sentiment de communauté. Je suis heureux d’être ici et pas au centre-ville», exprime le directeur artistique des Concerts Lachine, Richard Turp.

Le musicien rapporte qu’il se fait d’ailleurs souvent arrêter par plusieurs résidents sur la rue qui lui demandent des nouvelles sur les festivités musicales qui ont lieu à Lachine.

«On sent bien que les gens qui habitent le coin aiment beaucoup leur arrondissement et il y a aussi un grand souci de collaboration entre les différents organismes», soutient la coordonnatrice du Groupe de recommandations et d’actions pour un meilleur environnement (GRAME), Femke Bergsma.

Cette solidarité communautaire s’illustre par le bâtiment du Regroupement de Lachine au 735 sur la rue Notre-Dame. Cet établissement abrite plusieurs organismes de l’arrondissement comme le GRAME et l’Association Centre-Ville de Lachine (ACVL).

Articles similaires