Rivière-des-Prairies
18:45 24 février 2021 | mise à jour le: 24 février 2021 à 19:11 temps de lecture: 4 minutes

Un lent retour en classe au Cégep Marie-Victorin

Un lent retour en classe au Cégep Marie-Victorin
Photo: Josie Desmarais/MétroLe cégep Marie-Victorin

La routine des étudiants du Cégep Marie-Victorin n’a pas beaucoup changé depuis l’annonce du retour graduel en classe de la ministre de l’Enseignement supérieur du Québec Danielle McCann.

Depuis le 8 février, les établissements en zone rouge peuvent offrir des cours théoriques en classe. Les étudiants doivent toutefois garder une distance de 1,5 mètre en classe, et la capacité de chaque classe ne doit pas dépasser 50%.

Dominique Vincelli a rencontré pour la première fois ses camarades en personne le 23 février, dans le cadre d’un cours associé à son stage.

«C’était bien de voir les gens en personne et on se sentait en sécurité avec les mesures mises en place et la distanciation », témoigne l’étudiante de première année en travail social.

Elle se rendra désormais en classe une fois par semaine dans le cadre de ce cours.

Mais c’est encore loin d’être le cas de tous. Étudiante de deuxième année en technique de design de mode, Élodie Galiano a un cours comportant des activités « en présence », mais cela implique une présence au cégep toutes les deux ou les trois semaines seulement.

Autrement, elle reçoit toujours la grande majorité de l’enseignement à distance.

«Fixer un écran pendant trois heures d’affilée, c’est un défi. C’est vraiment dur de se concentrer», dit-elle.

Pas de grande différence

«L’annonce n’a pas vraiment fait de différence», croit Kassie Raymond, déléguée à la coordination au Syndicat étudiant du Cégep Marie-Victorin.  Ce sont toujours principalement les cours des programmes techniques qui comportent des activités en classe, selon elle.

Il faut dire que l’annonce de la ministre McCann a eu lieu le 4 février, soit près de deux semaines après le début de la session d’hiver. Le Cégep Marie-Victorin avait à ce moment déjà augmenté autant que possible la présence en classe.

Plus de 40% des cours comportent certaines activités sur place à la session d’hiver, en comparaison avec 35% à la session d’automne, indique dans courriel de Nathalie Baumgartner, chargée de communication au Cégep Marie-Victorin.

Les étudiants vont-ils au cégep une fois par semaine, comme le préconise le premier ministre du Québec François Legault ?

Difficile de le savoir, puisque le pourcentage de cours « en présence » ne dit rien sur la fréquence.

Dur sur le moral

Chose certaine, la pandémie continue de peser lourd sur le moral des étudiants.

«J’ai l’impression qu’on hypothèque des années charnières de ma vie. Malgré tous les efforts qu’on peut faire, des cours à distance, ce ne sera jamais aussi efficace et de même qualité que des cours à distance», laisse tomber Élodie Galiano.

«On se sent oubliés. On ne se rend pas compte à quel point les étudiants se sentent mal.»- Élodie Galiano, étudiante au Cégep Marie-Victorin.

«La santé mentale des étudiants est en jeu», affirme sans détour Kassie Raymond. Elle évoque toutefois que la présence en classe n’est pas nécessairement une panacée.

«Certains étudiants voudraient retourner sur le campus, mais d’autres sont très anxieux à cause des variants. C’est très partagé. On a vraiment des échos des deux côtés.»

Le Syndicat étudiant sondera ses membres pour mieux connaître leur situation et l’état réel de la présence en classe.

42%

C’est la proportion des cours comportant des activités en classe au Cégep Marie-Victorin à la session d’hiver 2021. Cette proportion était de 35% à la session d’automne.

Articles similaires