Soutenez

Le commandant Éric Breton quitte le PDQ 45

Éric Breton. Photo: Gracieuseté, SPVM

Le commandant du poste de quartier (PDQ) 45, Éric Breton, quitte ses fonctions dans Rivière-des-Prairies après deux ans et demi en poste. Sa successeure, Yannick Lemieux, aura le défi d’assurer le sentiment de sécurité dans un quartier ébranlé par de nombreux incidents impliquant des armes à feu.

Arrivé en poste en mars 2020, le commandant Breton concède que son mandat a été «assez chargé». Il aura dû relever le défi, en pleine pandémie, de connaitre ses collègues à distance, de composer avec les «restrictions, et de s’assurer d’avoir une force de réponse» nécessaire.

Dès le premier déconfinement, il aura aussi dû faire face à une hausse des événements avec armes à feu.

Présentement, le quartier connait une certaine accalmie, grâce à «certaines arrestations faites au mois d’août», croit le commandant. Mais il doute toutefois que cette flambée de violence soit complètement terminée à Rivière-des-Prairies, comme sur le reste de l’île.

«Il y a cette accessibilité aux armes. Et ça passe beaucoup sur les réseaux sociaux, Snap Chat, YouTube. Les gens criminalisés se narguent, et ça continue», affirme-t-il, en entrevue avec Métro.

Une dualité dans le quartier

Le commandant Breton le concède: le PDQ 45 est sûrement un des postes de quartier dénombrant le plus de décharges d’arme à feu sur le territoire de Montréal présentement.

Il insiste pourtant sur le fait que Rivière-des Prairies reste malgré tout un quartier tranquille. Une situation qui se reflète selon lui dans les statistiques du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM); le dernier rapport annuel du SPVM démontre d’ailleurs que le PDQ 45 est l’un de ceux de Montréal ayant le taux le moins élevé d’infractions au Code criminel.

«Mais je comprends la population: être un parent du quartier, qui a ses enfants, et qu’il y a eu des coups de feu, il y a cette crainte qui reste.»

Travailler sur le sentiment de sécurité

Le sentiment de sécurité sera d’ailleurs un des principaux défis qui attendent sa succession, croit-il.

«Corporativement, tout ce qui pouvait être fait, on met le maximum […], que ce soit par exemple avec l’ELTA [l’Équipe dédiée à la lutte contre le trafic d’armes].»

Maintenant, il sera selon lui important de continuer d’assurer une présence dans les écoles, une présence qui avait été mise sur pause en pleine pandémie. Il faudra aussi poursuivre le travail au sein de la Table en sécurité urbaine de RDP-PAT, une initiative que salue le commandant sortant.

Une grande partie de la solution passe d’ailleurs selon lui par le travail des groupes communautaires du quartier. «Nous, on s’occupe de la criminalité, mais ça prend des gens qui travaillent au niveau de la jeunesse.»

De nouveaux défis

Le commandant Breton termine ses fonctions à Rivière-des-Prairies ce 7 octobre, et sa relève devrait entrer en poste le 10 octobre. Il indique qu’il ira relever de «nouveaux défis» au sein du PDQ 23, et soutient avoir eu un «grand plaisir» à travailler à Rivière-des-Prairies.

Policier depuis 1990, Éric Breton a notamment occupé les postes d’agent patrouilleur et d’instructeur à l’École nationale de police. Le commandant a par ailleurs été en mission à Haïti de 2011 à 2012. Il a été nommé commandant en 2016.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine un résumé de l’actualité de Rivière-des-Prairies.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.