Uncategorized

Clôture de UAP-NAPA: l’entreprise invoque une question de sécurité

Photo: Steve Caron/TC Media

Si UAP-NAPA a décidé de clôturer ses installations de l’avenue Haig, dans le secteur de Longue-Pointe, c’est d’abord et avant tout pour une question de sécurité, justifie Éric Dufresne, chef des communications corporatives de l’entreprise.

Plusieurs citoyens du quartier ou employés des usines voisines d’UAP-NAPA empruntent les terrains privés de l’entreprise pour accéder à la rue Tellier ou encore se rendre dans les commerces de la rue Hochelaga à l’est de l’autoroute 25.

La présence de ces piétons sur les installations d’UAP-NAPA, principalement le matin ou en fin de journée lorsque les gens descendent ou se dirigent pour prendre l’autobus de la Société de transport de Montréal (STM) – dont les arrêts sont situés tout juste devant l’entreprise -, représente un risque de danger, avance la compagnie.

Des enfants vont aussi jouer sur les buttes de neige du site. Le va-et-vient est régulier.

«Nous avons plusieurs camions de 53 pieds qui circulent sur nos terrains. Il est de notre responsabilité d’assurer la sécurité. Nous ne devons pas attendre qu’un incident se produise avant d’agir», indique le porte-parole d’UAP-NAPA.

Les travaux d’installation de la clôture ont débuté à l’automne et ils ont été complétés en décembre.

Quelques heures après la pose de la clôture, des brèches avaient déjà fait leur apparition. Pour le moment, ladite clôture n’a pas été réparée et il ne serait pas question d’embaucher des agents de sécurité pour faire respecter le périmètre de l’entreprise.

«Nous sommes conscients que le passage emprunté est très utile pour les citoyens, mentionne le représentant d’UAP-NAPA. Nous souhaitons travailler avec l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve pour trouver une solution satisfaisante pour tous.»

Une première rencontre a été tenue le 18 janvier dernier entre les entreprises concernées et l’arrondissement. D’autres sont à venir.

La solution semble passer par la création d’un «passage piétonnier officiel en bonne et due forme, sécuritaire et bien éclairé, mais plus loin au bout de la rue Ontario», avance sous toute réserve le porte-parole de l’entreprise dépendamment de la faisabilité d’un tel projet.