Uncategorized
07:12 2 octobre 2020 | mise à jour le: 2 octobre 2020 à 19:22 temps de lecture: 5 minutes

Donald Trump est hospitalisé

Donald Trump est hospitalisé
Photo: Alex Brandon-Pool/Getty ImagesDonald Trump, le 24 septembre.

Infecté par la COVID-19, le président américain Donald Trump a été transporté à l’hôpital militaire Walter Reed à bord de l’hélicoptère Marine One. Les médias américains ont diffusé des images du trajet de l’hélicoptère jusqu’à l’arrivée du président sur les terrains de l’hôpital. Avant son départ, M. Trump, qui portait un masque, a salué les journalistes en quittant la Maison-Blanche avant de monter à bord.

Le président de 74 ans présenterait des symptômes légers de la maladie et devrait demeurer à l’hôpital quelques jours. CNN rapporte que le président serait fiévreux.

Une vidéo a été diffusée sur sa page Twitter où il remercie les gens pour leur soutien et affirme qu’«il croit se sentir très bien». «Merci beaucoup, j’apprécie et je ne l’oublierai jamais», dit le président.

Tôt vendredi, le président a annoncé avoir reçu un diagnostic positif ainsi que sa femme. «Ce soir, la première dame et moi-même avons reçu un test positif à la COVID-19. Nous commencerons notre quarantaine et notre processus de récupération immédiatement. Nous traverserons cette épreuve ENSEMBLE!», a-t-il écrit.

Le vice-président, Mike Pence, a de son côté reçu un résultat négatif, tout comme son épouse.

Selon son porte-parole, Devin O’Malley, M. Pence «demeure en bonne santé et souhaite aux Trump un prompt rétablissement».

M. O’Malley a confirmé que M. Pence est testé tous les jours pour le virus.

Coup dur pour la campagne de Donald Trump

Quelques heures plus tôt, Donald Trump s’était mis en quarantaine après avoir appris qu’une proche collaboratrice, Hope Hicks, avait également reçu un test positif à la COVID-19. Ils avaient partagé un avion mardi.

Celle-ci a reçu son résultat au cours de la journée, jeudi. La veille, elle avait voyagé avec le président pour l’accompagner à un rassemblement de campagne.

Les événements se sont ensuite enchaînés. En fin de soirée, Donald Trump avait d’abord fait savoir que le couple s’était placé en isolement préventif en attendant le résultat de tests de dépistage.

Hope Hicks a accompagné le président dans ses déplacements à plusieurs reprises cette semaine, dont à bord de l’hélicoptère Marine One pour se rendre à un événement partisan au Minnesota, mercredi, ainsi qu’à bord de l’avion présidentiel mardi soir pour se rendre au premier débat de la campagne électorale.

Hope Hicks, l’une des personnes de confiance du président, a précédemment occupé la fonction de directrice des communications de la Maison-Blanche. Elle est revenue au sein de l’administration cette année en prévision de l’élection présidentielle.

Dans un communiqué diffusé plus tôt en soirée, le porte-parole de la Maison-Blanche, Judd Deere, avait assuré que «le président prend très au sérieux sa santé et sa sécurité ainsi que celles de tout le monde qui travaille pour le soutenir et celles du peuple américain».

Il poursuivait en indiquant que la Maison-Blanche collabore avec le médecin du président et le Bureau militaire de la Maison-Blanche pour s’assurer que toutes les procédures en place respectent les recommandations du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies infectieuses (CDC) pour limiter au minimum l’exposition au coronavirus.

Donald Trump a été vu pour la dernière fois par les journalistes, jeudi soir, alors qu’il rentrait à la Maison-Blanche et il semblait en bonne santé. Comme il est âgé de 74 ans, il fait partie du groupe d’âge plus à risque de développer des complications.

Ce revirement de situation porte un dur coup à la campagne de réélection de Donald Trump.

Le président américain a été critiqué de toutes parts pour sa gestion de la pandémie depuis le début. Au début du mois, le célèbre journaliste Bob Woodward a révélé que le président a sciemment minimisé la menace.

Même après avoir reconnu l’importance de la pandémie, il a critiqué les gouverneurs d’États qui imposaient des règles de confinement trop restrictifs. Il a notamment continué à tenir d’importants rassemblements partisans.

Le président, la Maison-Blanche et son équipe de campagne ont systématiquement refusé de se soumettre aux consignes de santé publique les plus élémentaires, incluant celles formulées par sa propre administration, comme porter un masque et respecter la distanciation physique.

Au contraire, M. Trump a continué d’organiser de grands rassemblements partisans avec des milliers de personnes. Plus de 200 000 Américains ont perdu la vie jusqu’ici en raison de complications liées à la COVID-19. Plus de 7 millions de personnes ont été infectées par le coronavirus aux États-Unis.

Par ailleurs, plusieurs membres du personnel de l’administration Trump ont déjà contracté la COVID-19, dont la relationniste du vice-président, Katie Miller, le conseiller en matière de sécurité nationale, Robert O’Brien, et l’un des domestiques personnels du président.

Un de ces rassemblements, prévu au Wisconsin, a été annulé dans un contexte de recrudescence des cas de COVID-19 dans cet État.

Avec les informations de la Presse Canadienne.

Articles similaires