Uncategorized
22:42 23 février 2016 | mise à jour le: 23 février 2016 à 22:42 Temps de lecture: 3 minutes

Le temps de vendre

Le temps de vendre
Photo: Archives gettyat Pepsi Center on February 17, 2016 in Denver, Colorado.

Des moments difficiles peuvent offrir de belles possibilités. Pour le Canadien, il est temps d’accepter un mouvement vers la jeunesse.

Comme le CH est presque mathématiquement éliminé des séries, il n’y a pas de dilemme à savoir s’il doit être acheteur ou vendeur à la date limite des transactions. C’est clairement le temps de vendre.

Dale Weise est probablement le joueur qui sera le plus facile à négocier et qui rapportera le plus sur le marché. Torrey Mitchell, Brian Flynn, Tomas Fleischmann, Devante Smith-Pelly et Alexei Emelin peuvent tous être échangés en retour d’un choix au repêchage.

Bref, s’il reçoit une offre légitime, Marc Bergevin doit en tenir compte.

La LNH est devenue une ligue de jeunes joueurs. Les études démontrent que les joueurs, nonobstant les gardiens de but, connaissent leur meilleur rendement entre 23 et 28 ans.

L’occasion est belle pour le Tricolore de faire de la place à des espoirs talentueux comme Charles Hudon, Sven Andrighetto, Daniel Carr, Jacob de la Rose et Lucas Lessio. Cela ne veut pas dire que tout athlète de plus de 28 ans est inutile.

Capture d’écran 2016-02-23 à 10.40.35 PM

Cependant, il est essentiel de se concentrer sur le développement des jeunes, pour tirer le maximum de leurs meilleures années.

Les jeunes joueurs gagnent en général un salaire raisonnable, ce qui donne aux équipes une plus grande marge de manœuvre financière. Prenons les Blackhawks de Chicago en exemple. L’alignement des champions en titre de la Coupe Stanley compte 14 joueurs touchant moins d’un million cette année, et la plupart d’entre eux sont très jeunes.

L’approche logique est de payer les joueurs pour leurs performances futures et non pour leurs résultats passés, ce qui est souvent le cas pour les joueurs de plus de 28 ans.

Le Canadien doit mettre à profit le potentiel d’échange de plusieurs de ses joueurs. Le marché des échanges n’est pas très riche cette année, ce qui est à l’avantage de Montréal.

Un œil vers le repêchage
Le Canadien a présentement seulement 6 % de chances de remporter la loterie du repêchage. Les choses peuvent changer, mais il est peu probable que l’équipe puisse sélectionner un joueur de premier plan comme Auston Matthews, Patrik Laine ou Jesse Puljujärvi.

Il y a tout de même une foule de joueurs talentueux disponibles dans le top 10, dont Matthew Tkachuk, Jacob Chychrun, Alexander Nylander, Pierre-Luc Dubois, Julien Gauthier, Michael McLeod et j’en passe. Un de ces espoirs sera une belle récompense pour les partisans après une saison de misère. Peu importe où le Tricolore terminera au classement, il devrait être en mesure d’ajouter des éléments intéressants à un bassin d’espoirs amateurs relativement faible.

Articles similaires