Montréal

Le CHU Sainte-Justine inaugure son nouveau Technopôle en réadaptation pédiatrique

Le CHU Sainte-Justine inaugure son nouveau Technopôle en réadaptation pédiatrique
Photo: Métro/Josie DesmaraisUne machine permettant la marche soutenue par un robot compte parmi les nouvelles technologies dont disposera le centre.

Le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine inaugure les portes de son nouveau projet, le Technopôle en réadaptation pédiatrique, dont la mission première est de mieux traiter et accompagner les jeunes et leurs familles.

«Ce technopôle est une initiative d’une grande originalité qui témoigne une fois de plus du dynamisme et du leadership des équipes du CHU Sainte-Justine, a déclaré lundi matin la ministre de la Santé, Danielle McCann. Ici, on entre résolument dans le 21e siècle alors que la science se met au service de la réalité des jeunes qui doivent composer au quotidien avec des incapacités fonctionnelles.»

La ministre a souligné que cette nouvelle initiative représentait un «bel exemple» de ce que le gouvernement préconise pour l’avenir du réseau, «pour les chercheurs, les professionnels, mais surtout pour les jeunes et leurs familles.»

Le Technopôle en réadaptation pédiatrique permettra de mieux dépister, de traiter et d’accompagner les jeunes qui ont besoin de réadaptation après un accident ou en raison des séquelles à la suite d’une maladie, par exemple.

Selon Maud Cohen, directrice générale de la Fondation Sainte-Justine, ils sont environ 5000 à «arpenter les couloirs du Centre de réadaptation Marie Enfant».

«Ces nouveaux espaces vont propulser encore plus loin l’expertise et le savoir-faire des équipes de réadaptation du CHU Sainte-Justine, mais, surtout, le plus important, c’est qu’ils promettent de changer la vie de ces enfants», a-t-elle souligné.

L’édifice du Centre de réadaptation Marie Enfant abrite désormais le Technopôle, soit un nouveau bâtiment de 7060 mètres carrés, sur trois niveaux.

Cette expansion offrira un environnement plus propice à la réadaptation, notamment avec l’ajout de technologies de pointe qui peuvent nécessiter beaucoup d’espace, par exemple dans le cas de l’assistance à la marche, une machine permettant la marche soutenue par un robot, qui permet de capter les données d’évolution du patient.

En plus d’offrir des traitements, le centre fera également place à l’expérimentation et la recherche. Il permettra «d’allier encore plus la clinique et la recherche», selon la présidente-directrice générale du CHU Sainte-Justine, Caroline Barbir.

«Chaque personne va arriver avec ses propres difficultés. La mission de cet espace est de mettre les familles, les patients, les chercheurs, les cliniciens et les partenaires de l’industrie ensemble pour résoudre les problèmes et permettre aux enfants d’avoir une indépendance plus grande», a-t-elle mentionné.

Elle a rappelé qu’une meilleure indépendance est «la mission première» de la réadaptation.

La directrice des services multidisciplinaires et de la réadaptation du CHU Sainte-Justine, Maryse Saint-Onge, a pour sa part jugé que l’expansion et les nouvelles technologies qui se retrouveront dans le Technopôle bonifieront le mandat du centre Marie Enfant, qui est de «faire avancer les connaissances, de déployer et de tester certaines technologies».

Le Technopôle en réadaptation pédiatrique du CHU Sainte-Justine représente un investissement de 31,2M$, partagé entre les deux paliers gouvernementaux, mais aussi avec le CHU Sainte-Justine et d’autres partenaires.