Montréal
17:32 29 avril 2019

Inégalités: un «prix Nobel» d’économie louange le Québec pour ses politiques publiques

Inégalités: un «prix Nobel» d’économie louange le Québec pour ses politiques publiques
Photo: Josie Desmarais/Métro

«Ne faites pas ce que les États-Unis font.» C’est le message simple mais fort qu’avait le lauréat du «prix Nobel» d’économie Joseph E. Stiglitz devant une salle comble de 1200 personnes à l’Université de Montréal (UdeM) lundi.

Il y donnait une conférence sur les inégalités socio-économiques en Amérique du Nord, et en a profité pour louanger la longueur d’avance qu’a le Québec sur les États-Unis. «Chez vous, les mouvements coopératifs qui donnent envie aux gens de se rassembler sont très forts. Il faut miser là-dessus, ça affecte votre population très positivement de plusieurs façons», a-t-il expliqué en entrevue avec Métro.

Celui qui est l’un des visages public du «nouveau keynésianisme» – un courant qui réfute la vision selon laquelle les marchés s’équilibrent en fonction de l’offre et la demande – estime que les politiques sociales du Québec, comme l’assurance-maladie ou l’assurance-chômage, réduisent les inégalités.

«Ce ne sont pas les accords économiques qui font la différence, la preuve étant que vous aviez l’ALENA ici, en même temps que nous, a illustré l’économiste américain. Ce sont les politiques qui changent la donne. Ça démontre qu’on peut s’attaquer aux inégalités.»

Il dit trouver remarquable qu’au Québec, «un endroit où il y a beaucoup moins d’inégalités que chez nos voisins du sud», un organisme comme l’Observatoire québécois des inégalités (OQI) – qui organisait l’événement – existe et documente l’évolution de ces problématiques sociales.

«La situation du Québec démontre qu’il y a cette énergie, cette façon de faire pour améliorer la situation partout ailleurs» -Joseph Stiglitz

L’éducation joue aussi pour beaucoup sur le plan des mentalités dans la province, d’après l’économiste. «Le fait que vous ayez tous accès à l’école maternelle, que le système scolaire soit accessible à tous, ça fait toute une différence sur le long-terme, croit M. Stiglitz. Ça permet aux gens de réaliser qu’il y a des inégalités dans le monde et ici.»

Des éléments «d’espoir»
Le combat pour la réduction des inégalités à travers le monde peut sembler, pour certains, de plus en plus difficile. Mais pour Joseph Stiglitz, le positif reste à venir, particulièrement avec la prise de conscience collective de la jeunesse qui s’organise aux quatre coins du monde.

«Plusieurs éléments me donnent espoir que les inégalités diminueront. L’énergie des plus jeunes, c’est majeur. Il y a une prise de conscience générationnelle impressionnante. Aux États-Unis, ce sont eux qui ont tourné la nation à l’envers sur les droits des homosexuels. Quand ces gens-là auront 35 et 40 ans, c’est là que tout pourrait changer.» -Joseph Stiglitz

Comment réellement s’attaquer aux inégalités, d’ailleurs? Comment aller au-delà des puissants lobbys financiers qui possèdent, à eux seuls, ce que possède ensemble le reste de la planète?

«En diminuant le pouvoir de l’argent dans nos lois, répond d’un trait Joseph Stiglitz, affirmant que de croire le contraire serait fataliste. Si on peut réunir assez de gens pour s’attaquer aux disparités, on peut briser le pouvoir de l’argent.»

Le problème, a-t-il nuancé, est que la démocratie telle que nous la connaissons est «brisée», et qu’il faut revoir l’utilité même d’un gouvernement. «Le marché devrait créer de l’emploi, mais il ne le fait pas. Si un marché s’effondre, c’est l’État qui devrait se lever et montrer qu’en situation de crise, il sera lui-même l’employeur provisoire pour contrer le chômage», a-t-il plaidé.

Né dans le «cœur industriel» des États-Unis, en Indiana, Joseph Stiglitz dit avoir eu la chance de «voir beaucoup d’inégalités et de discrimination» dès son jeune âge.

«C’est ce qui m’a motivé à étudier en économie, sauf qu’à cette époque, les économistes ne donnaient que très peu d’attention aux inégalités. Heureusement, ça a changé aujourd’hui. Le sujet reçoit finalement toute l’attention qu’il mérite», a réfléchi l’homme de 76 ans.

En collaboration avec le festival Metropolis bleu, l’OQI a profité du rare passage de l’économiste à Montréal afin de lui remettre son premier prix littéraire, pour son ouvrage Le prix de l’inégalité, paru en 2012. Il récompensera dans les prochaines années un ouvrage érudit «mais accessible» qui a contribué au débat public sur les inégalités économiques et sociales.

«Parfois, un chercheur parvient à écrire un ouvrage à la fois érudit et accessible qui réussit à la fois à éclairer le débat public, à recadrer un enjeu et à modifier le statu quo. L’ouvrage de M. Stiglitz est de cette trempe et mérite d’être reconnu comme tel. Nous n’aurions pu trouver de meilleur candidat», a témoigné le directeur général de l’OQI, Nicolas Zorn, dont l’organisation a été fondée il y a un mois à peine.

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Marie Massé

    Tellement fière du Québec!

  • Ginette

    Ce qui tient le Québec debout c’est le système coopératif qui fait que lorsque le malheur arrive on se tient tous ensembles et on s’entraide. Il y a aussi beaucoup d’organismes communautaires en tout genre qui volent au secours des gens. Au début du siècle les gens faisaient des corvées, je pense que nous avons gardé un peu de ce genre de générosité.