Montréal

Un «hub» technologique et une école dans les locaux de l’ONF?

Un «hub» technologique et une école dans les locaux de l’ONF?
Photo: Métro/Martin Ouellet-DiotteLes bâtiments de l’ONF abrite actuellement 250 employés.

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) et la Ville de Montréal sont au plus fort de la course pour s’installer dans les bâtiments présentement occupés par l’Office national du film du Canada (ONF), ont appris les Nouvelles Saint-Laurent News. Une nouvelle école et un «hub» technologique pourraient y prendre place.

La CSMB indique avoir visité les bâtiments et ciblé celui où il serait le plus «faisable d’aménager une école».

Une nouvelle école répondrait à «l’hypercroissance» du nombre d’élèves. «Les 87 établissements primaires et secondaires de la CSMB affichent complet», affirme la relationniste de presse de la CSMB, Gina Guillemette.

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) estime qu’il y a 123 groupes de plus que la capacité maximale qui ont été ouverts depuis la rentrée 2018-2019.

«Le ministère va probablement recevoir un bâtiment pour une école», ajoute la députée fédérale de Saint-Laurent, Emmanuella Lambropoulos.

La Ville de Montréal aurait aussi des plans, selon Mme Lambropoulos. Elle désirerait bâtir un «hub», soit un secteur où serait étudié et développé diverses technologies, considérant que les locaux de l’ONF sont situés dans un quartier industriel.

La Ville a refusé de confirmer cette information.

«Le repositionnement du site de l’ONF est un projet majeur qui nécessite une planification particulière afin de bien l’inscrire dans le processus de redéveloppement du secteur [Hodge-Lebeau], soutient la relationniste de presse, Camille Bégin.  Il serait prématuré à cette étape-ci de spécifier les usages futurs du site.»

Forte demande
Dans le processus d’attribution, les organismes fédéraux, provinciaux, puis municipaux sont priorisés avant les organismes locaux.

Des organismes laurentiens espèrent aussi avoir une place parmi les sept bâtiments de l’ONF.

C’est le cas du Centre communautaire Bon Courage de Place Benoit.

«Avec la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), on pourrait aller chercher des logements sociaux pour qu’il y ait plus de personnes à Saint-Laurent qui aient accès à du logement de qualité», souligne le directeur du Centre, Mame Moussa Sy.

Le Centre de la petite enfance (CPE) Le Jardin des rêves a aussi fait part de son intérêt pour une place dans les bâtiments de l’ONF. «La problématique que nous avons pour l’instant, c’est que nous ne sommes pas considérés dans le processus d’attribution des espaces», explique la chargée de projet Christine Hernandez.

Le temps file pour Le Jardin des rêves alors qu’il a une obligation du ministère de la Famille de trouver et d’avoir développé le CPE d’ici le 31 mars 2021. «L’échéancier est très serré», dit Mme Hernandez.

Le CPE, qui veut être «ouvert sur sa communauté», désirerait partager l’espace avec les autres organismes du quartier, mais aussi avec une école.

«Les modèles de collaboration école-CPE sont légion, en particulier à Montréal», souligne Mme Hernandez.

La Ville de Montréal affirme qu’elle consultera «les  acteurs  interpellés  par  un redéveloppement potentiel  du  site  de  l’ONF et du secteur Hodge-Lebeau»

L’ONF, qui prévoit depuis plusieurs années son déménagement, se déplacera dans le Quartier des spectacles à l’îlot Balmoral, à l’automne.