Montréal

Tweet controversé : la députée de Montréal-Nord déplore des propos agressifs

Tweet controversé : la députée de Montréal-Nord déplore des propos agressifs
Photo: YouTube

La députée provinciale de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille, dit avoir reçu des «insultes dures» sous un tweet partageant une photo d’elle prise avec des nord-montréalaises portant le voile.

La députée libérale a par la suite retiré ce tweet, après qu’une des femmes sur la photo l’ait appelé pour lui dire qu’elle «ne se sentait pas bien avec ça», selon ce qu’elle mentionne au Guide. «Je peux comprendre qu’avec autant de commentaires, ça peut faire peur», dit-elle.

Dans le tweet en question, Mme Robitaille avait soutenu que les jeunes femmes étudiantes en enseignement avec lesquelles elle posait «ne pourront pas enseigner dans nos écoles», en faisant référence au projet de loi sur la laïcité du gouvernement caquiste. La photo avait été prise dans le cadre d’une fête de la communauté libanaise chiite de Montréal-Nord.

«Peut-être que j’ai jeté un pavé dans la mare et les gens peuvent penser ce qu’ils veulent, mais la réalité, c’est qu’il y a des femmes, par choix, qui veulent porter le voile. C’est leur identité et je pense qu’il faut respecter ça» -Paule Robitaille, députée de Bourassa

Une chronique publiée dans le Journal de Montréal lundi matin dénonçant la publication de Mme Robitaille a été abondamment partagée, accentuant ainsi la visibilité de son tweet.

Mme Robitaille a supprimé le tweet en question un peu plus de 24 heures après sa publication. Celui-ci avait suscité près de 800 réponses. «J’ai reçu un mélange d’insultes et d’appui, nuance-t-elle. Des insultes fortes, mais aussi des remerciements».

Le Guide a pu constater que plusieurs insultes et attaques personnelles visant Mme Robitaille et les jeunes femmes portant le voile ont été rédigées sous une deuxième publication dans laquelle la députée explique le retrait du tweet en question.

Malgré la tempête qu’elle a vécue sur les réseaux sociaux, Mme Robitaille ne compte pas faire plus attention avant de publier un contenu similaire. «Je pense que c’est important d’être la voix de ces jeunes femmes-là qui en ce moment, dans le débat, se sentent marginalisées», souligne-t-elle.

Mme Robitaille n’est pas la première à être la cible de ce type de messages après avoir pris position en défaveur du projet de loi sur la laïcité. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, avait aussi eu droit à un traitement similaire en mars dernier.

Le Guide a décidé de ne pas publier la photo originale afin de respecter le souhait du retrait de cette image par une des femmes qui y apparaissent.