Montréal

Appartements: une hausse des constructions insuffisante pour répondre à la demande

Appartements: une hausse des constructions insuffisante pour répondre à la demande
Photo: Archives Métro

La construction d’appartements à louer accélère, constate la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). La demande sur le marché locatif continue toutefois d’augmenter «plus rapidement» que l’offre.

Le nombre de mises en chantiers est en hausse à Montréal depuis le début de l’année, mais la construction d’appartements locatifs «est l’unique responsable de ce gain», souligne la SCHL dans un communiqué publié vendredi.

En juillet, 605 logements locatifs ont été mis en chantier sur l’île de Montréal. Ce chiffre chute à 150 en ce qui a trait à la construction de condos. Le nombre de copropriétés en construction est d’ailleurs en baisse, tandis que le nombre de mises en chantier de logements à louer est en hausse constante depuis quelques années.

«Au cours des trois dernières années, on a construit plus de logements locatifs à Montréal que de copropriétés», souligne l’économiste Francis Cortellino, de la SCHL.

Une situation notamment attribuable au fait que «les appartements se louent bien» actuellement. Le taux d’inoccupation des logements à Montréal se trouve, depuis un an, sous la barre des 2%. La situation rend d’ailleurs la vie difficile à de nombreux locataires.  

Insuffisant

Au cours des sept premiers mois de l’année, 8469 logements locatifs ont été construits dans le Grand Montréal. C’est 40% de plus que pendant la même période l’an dernier. Cette effervescence ne sera toutefois pas suffisante pour mettre fin à la pénurie de logements à louer dans la métropole, prévient l’expert.

«On en construit beaucoup, donc l’offre augmente. Par contre, la demande augmente plus rapidement. La demande est très, très forte», souligne-t-il. 

«Si on ne construisait pas autant de logements, le taux d’inoccupation serait encore plus faible que présentement.» -Francis Cortellino, analyste à la SCHL

Solde migratoire

Une des principales causes de la forte demande sur le marché locatif actuellement est la forte augmentation du nombre de travailleurs étrangers et d’étudiants qui viennent s’établir dans la métropole, depuis les dernières années.

«Ce solde migratoire-là est très fort depuis deux ans, surtout à cause des résidents non permanents», a souligné l’analyste de la SCHL.

M. Cortellino ajoute que ceux-ci viennent «gonfler la demande locative». 

«La demande est très élevée, mais pour le futur, ça va beaucoup dépendre du solde migratoire. Si le solde migratoire revient à des niveaux historiques, ça va peut-être permettre de retourner à une stabilité du taux d’inoccupation», ajoute l’expert.

Selon la SCHL, le seuil d’équilibre est atteint lorsqu’au moins 3% des logements à louer sont disponibles.

Trop cher

«On remarque que les jeunes ménages d’aujourd’hui sont plus locataires qu’il y a cinq ans», constate également M. Cortellino.

Cette situation pourrait s’expliquer par le fait que la valeur des propriétés est en forte hausse à Montréal.

Les personnes âgées, de plus en plus nombreuses en raison du vieillissement de la population, ont par ailleurs tendance à retourner sur le marché locatif, souligne M. Cortellino.