Montréal
11:12 22 décembre 2019

La femme derrière le Village de Noël de Montréal

La femme derrière le Village de Noël de Montréal
Photo: Voix Pop-Annie BourqueLine Basbous, fondatrice du Village de Noël a créé un évènement unique à Montréal.

En arrivant à Montréal en décembre 2010, Line Basbous, une Franco-Libanaise originaire de Lyon, s’attend à retrouver un marché de Noël comme c’est la tradition en Europe. Un mois avant les Fêtes, là-bas, des maisonnettes de bois sont installées dans les villes et villages, souvent aux abords des parvis d’église. On y sert un vin chaud ou produits du terroir dont des huîtres, soupes chaudes. Des artisans présentent des cadeaux faits à la main.

À sa grande surprise, la jeune femme découvre qu’il n’en existe que quelques-uns au Québec, dont Joliette, Longueuil et Québec. La spécialiste en ressources humaines prépare donc un dossier afin de réaliser son rêve: en créer un à Montréal.

«C’est finalement le Sud-Ouest et le maire Benoit Dorais qui nous a ouvert les portes en 2017», dit-elle, précisant qu’il a été séduit par l’idée d’un événement gratuit pour ses résidents, dont 40 % vivent sous le seuil de pauvreté.

Depuis, l’arrondissement a injecté quelque 250 000 $ et l’organisation a obtenu un prix pour l’événement culturel de l’année de la Chambre de commerce et d’industrie du Sud-Ouest de Montréal.

L’an dernier, le Village de Noël a attiré quelque 67 000 visiteurs aux abords du marché Atwater. Un exploit considérant que tout repose sur la contribution de 150 bénévoles.

«On attend 100 000 personnes, dont des autobus du Vermont cette année. Nous sommes vraiment contents et excités à la fois», raconte Mme Basbous.

Signature

Le fameux party de raclette attire de nombreux Montréalais.

L’événement se démarque par son fameux «raclette party», une idée de la cofondatrice, Laure Tréhin. Elle s’est inspirée d’une expérience champêtre vécue à l’automne sur la ferme québécoise Au gré des champs, qui propose de faire fondre le fromage à même le feu de foyer.

«C’est devenu notre signature», souligne son acolyte François Delnooz. L’an dernier, 5000 personnes se sont régalées de leur assiette de fromage garni de cornichons et charcuteries. Cette année, on prévoit le double de gens. Une affluence qui requiert une commande de 400 kilos de fromage.

«C’est quelque chose de fou», confie Line Basbous.

Pour éviter les longues files d’attente, la gestion de la foule a été revue. Des zones d’attentes ont été ajoutées aux abords du Marché Atwater. On y retrouvera notamment le calendrier d’autres activités, comme la dégustation d’une paëlla géante ou encore le fameux repas gratuit de Noël qui se tient le 22 décembre.

Nouveautés

La réputation du Village de Noël de Montréal a acquis une notoriété à l’international, ayant fait l’objet d’articles dans des publications comme Le Monde en France.

Dans l’atelier de la rue Saint-Ambroise, dans le quartier Saint-Henri, une dizaine de bénévoles s’affairent aux derniers préparatifs la semaine dernière. Agnès François est arrivée au pays il y a à peine quelques mois. «C’est ma façon de m’intégrer et j’ai plein d’idées», mentionne-t-elle.

Cette année, en plus des chorales et concerts, des activités diverses pour petits et grands, le Village de Noël propose des nouveautés, dont l’expérience immersive pour enfants Le Royaume des Lutins offerte par l’arrondissement avec décors enchanteurs, animations et cadeaux. Un grand bal et un Festin des lutins est prévu ce dimanche 22 décembre, où plus de 1000 repas de Noël seront offerts gratuitement.