Montréal
18:03 14 septembre 2020 | mise à jour le: 14 septembre 2020 à 18:03 temps de lecture: 3 minutes

Manif contre le port du masque: «Ça me dépasse», dit Valérie Plante

Manif contre le port du masque: «Ça me dépasse», dit Valérie Plante
Photo: Josie Desmarais/MétroLa mairesse de Montréal, Valérie Plante.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, déplore la tenue cette fin de semaine d’une manifestation contre le port du masque obligatoire, un événement qu’elle qualifie d’«irresponsable» alors que la transmission communautaire du coronavirus se poursuit dans la province.

Samedi, près de 10 000 personnes ont défilé au centre-ville de Montréal pour faire part bruyamment de leur opposition au port du masque obligatoire au Québec, une mesure sanitaire qui vise à limiter la propagation de la COVID-19. Une manifestation qui a eu lieu à visage découvert et sans tenir compte de la règle de la distanciation physique.

«Ça me dépasse. Je ne comprends pas. On peut ne pas être d’accord [avec le port du masque], à la limite. Mais après ça, de là à faire une manifestation où on a pas de masque […] Après ça, ces gens-là ont des enfants qui vont à l’école. Peut-être qu’ils sont retournés chez eux et qu’ils ont des enfants qui vont à l’école. Peut-être que le soir, ils sont allés souper chez des amis», a laissé tomber Mme Plante lundi après-midi lors d’une mêlée de presse devant l’hôtel de ville de Montréal.

«Je trouve ça irresponsable.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Hausse des cas

Cette manifestation a eu lieu alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens de coronavirus continue d’être élevé dans la province. Pour l’instant, Montréal se trouve toujours en «zone verte», selon le système d’alerte par région mis en place par Québec afin de mieux encadrer la pandémie. La directrice régionale de santé publique de Montréal, Mylène Drouin, a toutefois prévenu la semaine dernière que la métropole pourrait basculer prochainement en «zone jaune» – ou «pré-alerte» – alors que plusieurs éclosions de coronavirus ont eu lieu récemment dans des écoles et à la suite d’activités sociales.

D’où l’importance de ne pas se rassembler à visage découvert, a martelé Mme Plante.

«Ça m’effraie, pour être honnête, et je comprends pas pourquoi les gens prennent ces risques», a-t-elle ajouté.

Le plus récent bilan de la Santé publique fait état de 30 475 cas confirmés et de 3476 décès reliés au coronavirus à Montréal depuis le début de la pandémie, il y a six mois.

«Il y a de vraies personnes qui sont décédées [du coronavirus]. C’est sérieux. Donc, je demande aux gens d’être solidaires de ces gens [qui ont perdu un être cher], parce que c’est difficile», a conclu la mairesse de Montréal.

Articles similaires