Montréal

Des groupes communautaires et étudiants se mobilisent contre les hausses de tarifs de la STM

Dès 16 h aujourd’hui, divers groupes communautaires et étudiants feront signer des formulaires de plaintes dans plusieurs stations de métro afin de dénoncer les hausses tarifaires prévues par la Société de transport de Montréal pour janvier 2009.

Parmi eux, la Table régionale des organismes volontaires d’éducation
populaire (TROVEP de Montréal), la Table régionale des centres de
femmes du Montréal Métropolitain et Laval (TRCFMML) ainsi que
l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE).

Selon ces organismes, la hausse des prix du transport en commun a des impacts négatifs sur les plus démunis et les plus isolés. «De plus en plus de femmes n’arrivent plus à boucler leurs budgets, affirme Anne-Marie de la Sablonnière, de l’Écho des femmes de la Petite Patrie. Avec les augmentations du coût des loyers, la hausse des prix des denrées alimentaires, des coûts de chauffage et des tarifs du transport en commun, nos participantes n’arrivent plus à tout payer. Résultat: elles coupent souvent dans le seul poste de dépenses qui reste, le transport. On doit se rappeler que plus on hausse ces tarifs moins les femmes ont les moyens de se déplacer et plus elles sont isolées.»

Pour janvier 2008, la STM a adopté des hausses de tarifs de 3,3%, faisant passer la CAM  de 66,25$ à 68,50$. En 10 ans, la CAM a augmenté de 49%. C’est dans cette optique que la TROPEV de Montréal suggère qu’il est urgent d’adopter une politique de tarification sociale qui garantit le droit à la mobilité pour tous.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *