Montréal

Le Petit Maghreb à Montréal: un tronçon à saveur maghrébine

Sur la rue Jean-Talon, entre les boulevards Pie-IX et Saint-Michel, une centaine de commerces dont plus de 80 % sont imprégnés de la culture maghrébine ont pignon sur rue. Bienvenue dans le Petit Maghreb.

Depuis quatre ans, la communauté d’affaires maghrébine se mobilise pour faire la promotion du Petit Maghreb. Leurs efforts ont été récompensés, au mois de juin dernier, par la Ville de Montréal qui a accordé 40 000 dollars à l’Association du Petit Maghreb dans le cadre du volet commerce du Programme Réussir@ Montréal (PRAM). «Cette somme leur permettra de réaliser des études de marché afin de développer une stratégie d’affaires et de déterminer leurs besoins», explique Anie Samson, mairesse de l’arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Cette enveloppe représente la première phase du PRAM. Une fois les études terminées, d’autres subventions seront octroyées pour la revitalisation de ce tronçon de la rue Jean-Talon. Malik Hadid, président de l’Association du Petit Maghreb, veut profiter de cette phase d’étude pour inciter les commerçants à adopter une vision commune. «Il n’y a pas de magasin d’objets artisanaux, observe le président. Nous en discuterons lorsque nous évaluerons quels types de commerces pourraient compléter les services déjà offerts.»

«Nous parlerons aussi de la signature visuelle du secteur et des travaux que nous souhaitons entreprendre pour le rendre distinct comme la construction d’une arche à l’entrée du Petit Maghreb.»

Un développement rapide
Avec le soutien financier du PRAM, la Ville reconnaît officiellement une réalité urbaine qui a pris son essor au début de la décennie alors que le nombre de commerces maghrébins ayant pignon sur la rue Jean-Talon a augmenté à une vitesse fulgurante. En 2005, quelques commerçants constatent la particularité culturelle de leur artère et ils s’organisent pour fonder l’Association du Petit Maghreb au printemps 2007.

Les membres de cette association veulent que le Petit Maghreb devienne une destination commerciale et touristique au même titre que le Quartier chinois ou la Petite Italie. «Alors que plusieurs grandes villes ont un Quartier chinois, Montréal est la première ville à avoir un Quartier maghrébin, explique Nacer Boudi, vice-président de l’Association du Petit Maghreb. Nous recevons déjà plusieurs visiteurs de la communauté maghrébine québécoise et américaine. La prochaine étape est de nous faire connaître de tous les Québécois et d’attirer les touristes étrangers.»

Malik Hadid espère, quant à lui, que le Petit Maghreb aidera à faire le pont entre les Québécois d’origines maghrébines et ceux d’autres origines. «Nous souhaitons faire tomber les tabous et les préjugés, explique-t-il. Les Maghrébins ont le sens de la fête. Nous sommes des gens accueillants et généreux.»

«De plus, la grande majorité a un profond respect pour les valeurs et la culture québécoises, ce qui n’est malheureusement pas toujours reflété dans les médias depuis les attentats du
11 septembre 2001 et la question des accommodements raisonnables. Nous espérons qu’en partageant notre culture nous développerons une relation encore plus harmonieuse avec nos frères québécois.»