Montréal

Budget de Montréal déposé mercredi: Les arrondissements espèrent obtenir leur juste part

Si l’administration du maire Gérald Tremblay décide de hausser le fardeau fiscal des Montréalais, les arrondissements espèrent en bénéficier. C’est notamment le souhait de la conseillère de ville de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Josée Duplessis. «On ne peut pas prendre les revenus de taxation pour les garder à la ville-centre et décider au cas par cas, déclare l’élue de Projet Montréal. Il faut redonner. Les citoyens vont trouver ça acceptable si, en contrepartie de leur augmentation de taxes, ils voient leurs services augmenter.»

Le quotidien La Presse rapportait vendredi que le maire de Montréal, Gérald Trem­blay, annoncerait des augmentations de taxes qui se situent autour de 6 % dans le budget 2010 de la ville, qui sera dévoilé mercredi.

Des solutions recherchées
Déjà avant le congé des Fêtes, les arrondissements ont appris que le budget couvrant leurs frais d’opération était amputé de 40 M$. Avec le dépôt du budget de la ville-centre cette semaine, ils connaîtront la marge de manÅ“uvre que leur offre le programme triennal d’immobilisation pour réaliser des projets financés à long terme. Encore là, des solutions sont recherchées.

«On ne peut pas couper plus, sinon on va arrêter de nettoyer et de ramasser les ordures, fait savoir Mme Du­plessis. On va trouver des façons d’aller chercher des nouveaux revenus sans imposer de taxe générale.» L’ar­rondissement songe notamment à commencer à tarifer les 11 000 places de stationnement qui sont gratuites sur son territoire.

«On est très inquiet», confie de son côté la conseillère de ville de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Suzan­ne Décarie. Le robinet est tellement à sec dans cet arrondissement que cette dernière a proposé de freiner le développement immobilier pour atténuer la hausse des dépenses.

Taxe spéciale?

«Ça nous coûte cher de développer, lance Mme Décarie. L’arrondissement développe et il doit assumer les coûts de l’entretien, mais c’est la ville-centre qui récolte les taxes.» RDP-PAT a déjà augmenté ses tarifs l’an passé pour boucler son budget. L’arrondissement envisage d’imposer une taxe spéciale en dernier recours seulement.

Dans Villeray-Saint-Michel-Parc Extension, des projets pourraient être remis à plus tard si le budget 2010 de Montréal accentue la pression financière exercée sur les arrondissements, selon l’attachée politique de la mairesse Anie Samson, Marisa Celli. «Il y a des rues et des trottoirs qui doivent être refaits, on ne peut pas s’en sortir, dit-elle. Mais des projets de réparation de piscine, par exemple, pourraient être revus à la suite du budget.» 

Articles récents du même sujet