National

L’éclosion de variole du singe prise en charge par Québec

La directrice régionale de santé publique de Montréal, Dre Mylène Drouin. Photo: Josie Desmarais/Métro

La gestion de l’éclosion de variole du singe passe de la Direction régionale de la santé de Montréal au ministère de la Santé du Québec, alors que deux cas sont confirmés au Québec et d’autres cas suspects s’ajoutent au bilan. C’est ce qu’a annoncé la directrice régionale de santé publique de Montréal, Dre Mylène Drouin, à l’émission Tout un matin, vendredi.

La décision a été prise parce que les cas débordent maintenant de la région montréalaise. «On est au début» de la compréhension de la transmission, souligne la Dre Drouin.

«L’émergence d’éclosions de variole simienne dans plusieurs pays est récente. Toutefois, maintenant que des cas ont été identifiés ici, le Québec est en mesure d’agir rapidement pour surveiller et contrôler l’évolution de la situation», affirmait pour sa part le ministère de la Santé et des Services sociaux dans un communiqué diffusé jeudi soir.

Présentement, une vingtaine de cas de variole du singe sont considérés comme suspects au Québec, en plus des deux cas confirmés.

Une vingtaine [de] cas de lésions ulcéreuses génitales sont actuellement sous investigation. Les enquêtes épidémiologiques se poursuivent pour déterminer les liens entre les cas déclarés et identifier des contacts potentiellement à risque et les informer des mesures de protection.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux

La veille, la Dre Drouin rassurait la population, soulignant que le virus (orthopoxvirose simienne) n’était pas facilement transmissible. «Cela prend des contacts étroits. Donc en faisant votre épicerie ou en prenant le métro, il n’y a pas de risque actuellement.»

La vigilance est de mise, précise le ministère de la Santé vendredi, mais la variole simienne «se contracte par des contacts prolongés et rapprochés avec une personne infectieuse. Sa contagiosité est donc considérée limitée par rapport à d’autres virus (grippe, COVID-19, etc.)».

La santé publique de Montréal dit pour sa part ne pas craindre de transmission communautaire de cette maladie.

Les symptômes de la variole du singe, ou variole simienne, comprennent la fièvre et des ganglions enflés, des ulcérations génitales et orales, des éruptions cutanées et des douleurs musculaires. La période d’incubation est de 5 à 21 jours.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet