National

Les nanomatériaux passés à la loupe

Difficile d’évaluer les risques que représentent les nanomatériaux. Telle est la conclusion du comité d’experts, nommé par le Conseil des académies canadiennes, chargé de se pencher sur la question.

Les nanomatériaux sont des matériaux 100 000 fois plus petits que le diamètre d’un cheveu humain. Par exemple, à l’échelle nanométrique, l’or permet d’oxyder le monoxyde de carbone et neutralise ainsi le gaz dans les tuyaux d’échappement. Les particules nanométriques de dioxyde de titane donnent pour leur part un blanc éclatant aux peintures et aux dentifrices.

En tout, plus de 600 produits de consommation (crème solaire, antitache…) contiennent des nanoma­tériaux, notent les experts, qui ajoutent «qu’il est très difficile d’évaluer les risques qu’ils représentent et par conséquent de concevoir des règlements facilitant la gestion des risques possibles».

Ils suggèrent donc, entre autres, de prévoir un processus de classification des nanomatériaux afin de mieux surveiller leur présence dans les produits et le degré d’exposition des citoyens, et aussi de continuer les recherches pour déceler d’éventuels effets indésirables chez l’humain.

Articles récents du même sujet