National

Sables bitumineux : «Pas au Québec!»

Trois organisations environnementales ont décidé de s’allier afin d’empêcher du pétrole issu des sables bitumineux albertains d’entrer au Québec. 

Équiterre, ForestEthics et Environmental Defense souhaitent contrer le projet de la compagnie Enbridge de faire raffiner quelque 230 000 barils de pétrole extraits des sables bitumineux à Montréal. Environ 80 000 de ces barils seraient ensuite utilisés dans la Belle Province, les autres étant destinés aux États-Unis.

«Le pétrole issu des sables bitumineux est probablement le plus polluant produit sur la planète, a rappelé le coordonnateur général adjoint d’Équiterre, Steven Guilbeault. Le contenu de chaque baril produit grâce aux sables bitumineux représente de trois à quatre fois les gaz à effet de serre contenus dans un baril produit au Moyen-Orient.»

Puisque Montréal possède une réglementation sévère en ce qui a trait à la qualité de l’air, Steven Guilbeault s’inquiète des répercussions que pourrait avoir l’arrivée de pétrole issu des sables bitumineux dans la métropole.

«J’ai l’impression qu’il serait très difficile de respecter la réglementation avec l’arrivée de ce pétrole, qui est non seulement très polluant, mais aussi très pollué, a-t-il indiqué. Pour l’île de Montréal, ça représenterait sans doute une augmentation du smog.»

La coalition entend se rendre devant l’Office national de l’énergie afin de s’opposer à la demande d’Enbridge, qui doit être entendue au mois de novembre.

«Il ne doit plus y avoir de développement avant que les sables bitumineux soient nettoyés et que des lois sévères soient mises en place», a déclaré Gillian McEachern, responsable de la campagne Climat pour l’organisme ForestEthics.

Équiterre juge que le gouvernement et la Régie de l’énergie devraient se pencher sur la question. «Québec a un bon plan d’action pour contrer les changements climatiques, a expliqué M. Guilbeault. Ce projet viendrait brouiller les cartes.»

Articles récents du même sujet