Culture

La bataille royale des iPod!

Qu’est-ce qui fait le succès des soirées iPod? «C’est la seule soirée où les gens trendy ont le droit de danser sur du bonbon!» lance Jonathan Maurice, le fondateur de l’affaire.

Mais le concept, c’est plus que du bonbon : deux équi­­pes s’affron­tent sur un ring, avec les chansons de leur iPod comme arme et le public comme juge. Qui va sortir la toune qui tue? On a huit équipes au début et une seule à la fin, comme dans les batailles royales à la lutte.

C’est donc toute une ambiance, surtout que Jonathan et ses collabos ont décidé d’étoffer le concept en ajoutant un spectacle, donné par nul autre que Trans-X, le projet de Pascal Languirand qui a sorti le super hit planétaire Vivre sur vidéo en 1981 (eh oui, ça vient d’ici!). «Pascal revient d’une tournée en Espagne, il est en gran­de for­me!» jubile Jona­than, qui a bien hâte de voir le buzz reprendre autour de sa soirée après tous ces mois d’inactivité. Mais au fait, pourquoi l’avoir mise  sur la glace si longtemps?

«Simplement parce qu’on a tous de vraies jobs! Et puis, on a fait pas mal de soirées privées et corporatives depuis la dernière soirée officielle.» Et des huit équipes, laquelle part favorite ce soir?

«Oh, j’ai mes préférences, mais je ne peux pas les dévoiler… Je dirai par contre que si les équipes constituées de DJ comme Peer Pressure, Mini ou les Ravers sont avantagées par leur expérience en gestion de foule, les autres peuvent tout chambarder en programmant des tounes venues d’ailleurs – du métal par exemple – selon leur culture ou leur intention.» Le grand gagnant sera donc le spectateur.

Avec Trans-X, au Studio Juste pour rire, 2109, boul. Saint-Laurent, ce soir à 22 h, 10-14 $, myspace.com/aflyisonthewall


Autres suggestions de sorties:

CPC Gangbang
Je me souviens d’un commentaire au sujet de CPC Gangbang fait par un bon collègue pigiste, Steve Guimond, au moment de la sortie de son album Mutilation Nation, l’été dernier. Steve – une référence en musique underground – avait dit du groupe qu’il était «le dernier grand espoir pour le rock’n’roll». Il n’avait pas tort, dans la mesure où le rock’n’roll, pour vous, est plutôt le feu ardent des Stooges que la jolie braise des Stones. Leur rock est tout sauf inoffensif; c’est du genre qui laisse des marques.

Avec Jay Reatard et Pink Noise, à la Sala Rossa, 4848, boul. Saint-Laurent, ce soir à 20 h 30, 10-12 $, myspace.com/cpcgangbangs

Stewart Walker
Il y a 15 ans, Stewart Selden Walker travaillait dans un supermarché à Atlanta et rêvait d’être un chanteur de rock. Puis il s’est procuré un synthé et un drum machine et s’est mis à rêver d’être un des Chemical Brothers. Ensuite, il a découvert le techno grâce à Jeff Mills et s’est alors mis à rêver de jouer dans les clubs, non pas en tant que DJ, mais en créant sa musique, comme les artistes électroniques. Il y a cinq ans, Stewart a déménagé à Berlin et a découvert l’univers du micro-house; il rêve toujours, mais fait désormais danser les gens un peu partout sur le globe.

Avec les DJ résidents Bleuchut et Mir, au Salon Daomé, 141, rue Mont-Royal Est, jeudi à 22 h, 5 $, myspace.com/stewartwalker

Articles récents du même sujet