Culture

Aberrations urbaines

 Avertissement : ce que vous vous apprêtez à lire n’est pas tiré d’un sketch de Saturday Night Live ou du scénario de la prochaine comédie absurde de Claude Meunier. Au contraire!

Les paroles suivantes sont sorties de la bouche de deux innocentes personnes qui échangeaient quelques banalités sur le quai de la station de métro Bona­ven­ture. Au début, vous rirez un bon coup, mais avec du recul, il se peut que vous soyez frappé d’un coup de cafard devant un tel amas d’imbécillités.

Nous préférions vous en avertir.

«Deux adolescentes :
– Y’arrive-tu le métro? C’est ben long.
– Ouain… Pour moi, il doit passer moins souvent à cette station-ci.»

Cet entretien surréaliste – comme des centaines d’autres – figure dans les pages de  Entendu à Montréal, un livre qui présente des bribes de conversations entendues aux quatre coins de la ville.

Le bouquin est le fruit du travail de Frederic Rappaz, un journaliste de 29 ans qui s’amuse à compiler ces citations que lui envoient les internautes.

Car, avant d’être un livre, Entendu à Montréal est un site internet qui regorge de ces perles langagières recueillies dans les rues et les lieux publics.

 Adaptation québécoise d’un concept américain qui fait rire les New Yorkais  (overheardinnewyork.com), Entendu à Montréal a été mis en ligne en janvier 2007.

Depuis ce temps, la popularité de l’espace web ne cesse de grimper.

«Quand j’ai fondé [le site], je ne me faisais pas d’illusion», dit Frederic, qui est aussi
à l’origine du Bêtisier, un blogue qui répertorie les bourdes des médias du monde entier.

«Je ne pensais pas que le concept deviendrait aussi populaire», avoue-t-il.

Juste pour rire
Avec Entendu à Montréal, Frederic Rappaz rit des autres, mais aussi de lui-même.

«J’en dis, moi aussi, des niaiseries dans une journée! s’exclame-t-il. Il ne faut pas chercher bien loin pourquoi j’avais un intérêt à faire ce site-là.»

Parmi ses «perles» préférées, on compte les expressions mal employées ou carrément déformées, auxquelles il a dédié un chapitre complet dans le bouquin.

«J’aime les proverbes que les gens vont massacrer, précise-t-il. Quelqu’un m’a dit l’autre jour : « Cordonnier mal chaussé commence par soi-même. » N’importe quoi! J’adore les gens qui sortent des proverbes pour avoir l’air intelligent!»

À force de collecter les erreurs monumentales de langage, Frederic Rappaz s’est-il déjà attiré les foudres de ses amis qu’il a cités sur son site?

«Pas encore, note-t-il. Mais ils savent que ce n’est pas par méchanceté que je fais ça. Ça les fait même rire. Aujourd’hui, quand ils sortent une connerie, ils s’arrêtent pis ils me disent : « Oh! Ça va se retrouver sur ton site, pas vrai? »»

Entendu à Montréal

Présentement en librairie www.entendu.ca

Articles récents du même sujet