Culture

Navet confit, un jeu de texture

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Avec son album double LP22, paru en septembre, Navet Confit, alias Jean-Philippe Fréchette, a prouvé qu’il aimait autant jouer avec les textures sonores qu’avec les mots. Présentant un univers musical déjanté et des paroles tout aussi surprenantes, le musicien a séduit la critique et se prépare maintenant à rencontrer ses fans.

Commençant sa tournée à Montréal cette semaine, le jeune homme de 27 ans s’apprête à transposer sur scène ses chansons créées à partir de sonorités puisées ici et là et de quelques méthodes d’écriture, dont l’automatisme. Pas évident pour un artiste qui n’écrit pas sa musique, mais qui l’enregistre pour s’en souvenir!
«C’est assez compliqué, car à la base, les shows étaient plutôt boiteux. Plus ça va, plus ça se concrétise dans quelque chose de plus sophistiqué techniquement, explique le chanteur, qui sera entouré de quatre musiciens sur scène. Il y a plus de claviers et plus d’échantillons qui viennent de l’album. Je voulais garder un aspect de spontanéité, mais je voulais aussi ajouter toute la part de texturation et de recherche sonore des chansons qui n’étaient pas présentes dans les spectacles auparavant.»

 Le résultat sera donc plus peaufiné, surtout que Navet Confit avait le choix parmi les 24 chansons de LP22, les quelques pièces de LP1, paru en 2006, et quatre minidisques pour construire son spectacle.

«Il y a beaucoup de chansons que je n’ose pas essayer en spectacle, avoue le grand explorateur sonore. Il y en a pour lesquelles je me suis dit :  « Ça, c’est des trips d’album » et pour  d’autres : « Ça se transpose bien sur scène ».»

Un gars de studio
Il faut dire que le jeune, qui a enregistré son premier album dans son salon, est davantage à l’aise en studio que sous les projecteurs. «Je suis plus à l’aise dans un contexte de son plus contrôlé, affirme-t-il. En studio, on a le droit de se tromper. Sur scène, j’ai décidé de ne pas être parfait. C’est quasiment impossible. La voix est un instrument tellement variable! J’ai donc apprivoisé la scène comme un espace où l’on peut essayer plein de choses.»

La tournée de Navet
Confit commence dans la métropole, mais qui sait où elle s’arrêtera? Celui qui agit aussi à titre de producteur et de réalisateur travaille présentement au deuxième album de Carl Éric Hudon. Dans ses temps libres, le créateur de strates musicales s’interroge sur l’industrie de la musique…

Navet Confit
Au Lion d’or
Jeudi à 20 h 30

Articles récents du même sujet