Culture

À la sauce Moquettes Coquettes

Marie-Luce Pelletier-Legros, Métro

Les Moquettes Coquettes nous avaient éblouis l’an dernier avec, La musique dans le tapis, leur premier spectacle aux FrancoFolies.  Cette année, la barre est encore plus haute.

Laurent Saulnier, le vice-président à la programmation du Festival, a confié au quintet féminin l’animation du spectacle d’ouverture, Les pop et rock – 20 ans de FrancoFolies.

Avec leur célèbre énergie, les Moquettes se sont fait un devoir de déconstruire la formule «gala traditionnel anniversaire». Performances vocales rocambolesques, reprises insolites, parodies «baveuses, mais faites avec amour», et danse contemporaine composent ce spectacle éclaté ou tout peut arriver.

«On a patenté un numéro d’ouverture très intéressant. C’est un pot-pourri de 26 chansons qu’on fait en trois minutes 30 secondes», s’emballe Évelyne Morin-Uhl.

Si l’an dernier La musique dans le tapis était beaucoup plus un spectacle des Mo­quettes Coquettes où elles réalisaient leurs fantasmes en compagnie d’artistes, elles avouent que le mandat en 2008 est bien différent.

«La commande est plus grosse cette année, mais on a aussi plus de possibilités. On a lu une centaine de pages de recherche et on a vu qu’il s’en était passé des choses, qu’il y en avait eu des artistes en 20 ans», raconte Évelyne.

«Il a fallu faire des choix. On aurait pu faire un show de six heures!» poursuit Laurence.

Des femmes à hommes

De Vincent Peak, figure emblématique de l’alternatif québécois, à Yves Lambert, anciennement de La Bottine Souriante, à Louis-Jean Cormier de Karkwa, en passant par leur coup de cÅ“ur Navet Confit et les monstres sacrés des Francos, Dan Bigras et Michel Rivard, les Moquettes disent avoir créé un bel équilibre dans ce spectacle anniversaire où fusionnent nostalgie et
nouveautés, pop et underground.

Mais c’est qu’elles savent bien s’entourer les filles. D’ailleurs, côté animation, elles ont pu compter sur les conseils de Pierre-Yves Bernard, coscénariste de Minuit, le soir, et de Pierre-Michel Tremblay, auteur de Coma Unplugged. «On n’a jamais autant travaillé les textes», dit Évelyne.

Même si elles admettent laisser plus de place à leurs invités et à leur house band cette année, elles se sont réservé quelques petits moments forts dans la soirée.

«On se part un band et on a ben hâte de vous montrer nos talents… By the way, c’est Louise Forestier notre gérante!» dit Laurence, le sourire en coin.

Évelyne est quant à elle impatiente de faire la chorégraphie imaginée par Virginie Brunelle, qui
travaille avec Dave Saint-Pierre, sur Tes bottes sont comme des tigres qui mangent tes jambes de Navet Confit.  

Les pop et rock – 20 ans de FrancoFolies
Théâtre Maisonneuve Demain, 20 h 

Articles récents du même sujet