Culture

Gala de Marc Labrèche: La cour s'amuse

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

La douce folie de Marc Labrèche est contagieuse et quand ce dernier décide de transformer le Théâtre St-Denis en cour de la Renais­sance et de se proclamer roi, on ne peut que vouloir jouer le jeu. Difficile cependant quand les interventions sont inégales et que le choix des invités de la soirée est parfois douteux…

Même si l’animateur a réussi à mettre le public dans sa poche avec son aisance sur scène et ses blagues à caractère sexuel, ce ne fut pas le cas de tous les humoristes.

Franky, le jeune homme de la relève, n’a pas réussi à donner son erre d’aller au gala après l’apparition de Sté­phane Rousseau, qui croyait animer le gala avec Labrèche et qui est revenu à deux reprises sur scène flâner en espérant avoir une petite place. Le Français Arthur a fait sourire, tout comme le ventriloque belge Étienne Re­nard, mais il a fallu attendre la performance d’André Sauvé pour que la foule se dilate la rate. Sylvain Laroque a aussi surpris avec son humour intelligent tout comme les Denis Drolet qui ont offert un numéro tout à fait débridé où les deux comiques se sont fait tour à tour enseignant et directeur d’école.

Mention honorable aussi au retour de Rénald Paré, notre gratteux national de La p’tite vie, qui était accompagné de la chorale des Petits Rénald du Mont-Royal, costumes compris!

Un gala pas aussi drôle qu’on l’aurait voulu, mais absurde à souhait.  

Gala de Marc Labrèche
Au Théâtre St-Denis
Ce soir à 18 h 30 et 21 h 30

Articles récents du même sujet