Culture

Le règne d'Aretha Franklin se poursuit

Aretha Franklin et le public montréalais ont eu une aventure hier soir. Après s’être laissé espérer si longtemps, la reine du soul a vécu avec le public montréalais un moment à la fois intime et exaltant.

Cela s’est passé dans le faste et l’abondance d’un accompagnement digne d’une diva : 6 choristes, 10 cuivres, un chef d’orchestre qui tourne le dos à la messe, vêtu d’un scintillant costard, la totale. Et on ne vous parle pas des musiciens.
Après le préambule d’usage du groupe, elle est enfin arrivée. Robe blanche, bien portante à 66 ans, les cheveux longs, les fameuses pommettes saillantes : c’était bien Aretha Franklin.

Plus vraie que vraie. Immortelle. Devant nous, incrédules et comblés. Et puis la machine s’est mise en marche. Comme un rouleau compresseur. Le funk de I Want to Take You Higher (Sly and The Family Stone) comme coup d’envoi (Tina Turner nous avait servi la même médecine il y a neuf ans), suivi du chapelet de la Grande Chapelle : l’émotive Natural Woman, l’énergique Think, puis Chain of Fools un peu plus tard. À la septième, l’explosion : Respect, R-E-S-P-E-C-T. La fondation de l’Å“uvre, la pièce maîtresse d’un monument érigé presque exclusivement entre 1965 et 1971.

Voix inégale
Et sa voix? Avec une sono quelconque qui manque de «oumpf» dans les moments les plus intenses du concert, ses poussées vocales ont paru laborieuses. Dans les ballades comme sa version renversante de Bridge Over Trouble Water (de Simon & Garfunkel) irradiant le gospel, avec une Aretha très coulante derrière le piano, tout était clair et audible, l’ovation a vite suivi.

Elle a même modifié une chanson prévue dans la liste remise aux médias : Mack the Knife a pris le bord, et la chanteuse de Detroit nous a servi La mer, facon Bobby Darin, mais loin de Vegas. Le spectacle s’est terminé avec Nessum Dorma de Puccini, dernier arrêt avant le ciel.

En rappel, Freeway of Love (rappelez-vous Aretha dans le vidéo avec la Cadillac Rose) et Old Landmark.

Aretha Franklin
À la salle Wilfrid-Pelletier
Ce soir à 19 h 30

Articles récents du même sujet