Culture

Elegy: Un peu, beaucoup, à la folie

Dora Mittelholcz, Métro Budapest

David Kepesh (Ben Kingsley) est un vieux professeur de littérature reconnu. Il mène une vie paisible jusqu’à ce qu’il rencontre Consuela (Penélope Cruz), une exilée cubaine d’une vingtaine d’années. Une passion dévorante et sulfureuse naîtra de cette rencontre et conduira peu à peu David vers la folie. Telle est l’histoire d’Elegy, le dernier film d’Isabel Coixet, inspiré du roman The Dying Animal de Philip Roth.

Métro a rencontré Penélope Cruz et Ben Kingsley lors d’une conférence de presse donnée à l’occasion de la première mondiale du film, au Festival international du film de Berlin.

Les deux personnages, David et Consuela, sont très amoureux l’un de l’autre dans le film. Ces scènes ont-elles été difficiles à jouer?
Ben Kingsley : L’équipe a su créer une atmosphère très apaisante pour nous, dans laquelle nous pouvions être proches l’un de l’autre. Ainsi, ce n’était pas difficile de tourner ces scènes.

Avez-vous senti pendant le tournage que vous étiez en train de tomber en amour avec Penélope?
B.K. : Non. Le film parle de David et Consuela. C’est leur amour à eux, pas celui de Penélope et de moi.

Penélope, comment vous êtes-vous sentie dans ce rôle?
Penélope Cruz : J’ai lu The Dying Animal, de Philip Roth, il y a quelques années. J’ai vraiment aimé ça et je voulais jouer Consuela. Il y a un certain temps, j’ai rencontré les producteurs du film et j’attendais ardemment le tournage. Je croyais que ça n’allait jamais arriver. Mais finalement, c’est arriver. Je suis contente d’avoir pu jouer Consuela, et Ben a été un partenaire de jeu fantastique.

Comment vous êtes-vous préparée pour ce rôle?
P.C. : J’ai rencontré des femmes qui souffrent de la même maladie que Consuela. J’ai beaucoup appris auprès d’elles. Heureuse­­­­­ment, beaucoup d’entre elles sont rétablies aujourd’hui.

Ce film parle aussi du vieillissement. N’êtes-vous pas effrayée à l’idée de vieillir?
P.C. : Non, en fait, c’est ce que j’attends. Je ne veux pas mourir sans avoir passé par tous les âges et sans avoir vu comment évoluent nos valeurs avec le temps. Je ne suis pas frustrée à l’idée de vieillir.

Ben, vous avez une longue liste de films à votre actif. Êtes-vous encore anxieux avant un tournage?
B.K. : Toutes les fois que je commence un nouveau projet, je suis anxieux. Mais le trac s’en va quand je commence à travailler.

Vous avez beaucoup fait de théâtre, qu’est-ce que ça a apporté à votre jeu? Est-ce utile au cinéma?
B.K. : J’ai appris à lire un scénario, à construire un personnage, à dialoguer. Mon expérience de la scène m’aide beaucoup. J’ai joué au théâtre pendant 15 ans. Ça a été mon école.

Dans Elegy, David est 30 ans plus âgé que Consuela. Aujour­d’hui, la tendance est souvent inverse. On voit souvent une femme plus âgée que son partenaire. Que pensez-vous de cette tendance?
B.K. : Toutes les personnes assises à cette table ont des relations amoureuses différentes. Nous sommes plus ou moins âgés. La chose la plus importante est d’accepter son partenaire.

Elegy
En salle dès aujourd’hui

Articles récents du même sujet