Explorez
Contenu de notre partenaire

Nintendo vous replonge dans l’histoire de The Legend of Zelda: Skyward Sword à sa façon

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de vous dire « Ce jeu-là, c’est juste une simple réédition, il n’en vaudra pas la peine! »? Ou de vous dire « Les graphiques sont tellement mauvais! Je ne peux pas croire qu’ils ont décidé de ressortir ça comme ça! »?

Eh bien, je vais être honnête, c’est ce que je m’étais dit à l’annonce de The Legend of Zelda: Skyward Sword HD. Je n’avais pas aimé le fait de voir qu’ils ressortaient le jeu tel quel, avec un simple rehaussement graphique.

Bienvenue dans The Legend of Zelda: Skyward Sword HD

Nobles seigneurs et gentes dames, Joy-con en main ou non, bienvenue dans la célèbre histoire qui raconte le tout début de l’histoire de Zelda, celle où la déesse Hylia a expédié les survivants de la guerre entre les déesses d’Hyrule et le Roi Démon Demise, l’Avatar du Néant, dans le ciel afin de pouvoir effectuer une large offensive contre les démons. La déesse Hylia sortira victorieuse de ce combat, mais, malheureusement, la Terre sera dévastée. Avec les années, les habitants de Célesbourg oublieront totalement ce qui est arrivé et, d’ailleurs, bon nombre d’entre eux croiront que la Surface, sous les nuages, n’est qu’un mythe.

Le style pictural rappelant un peu l’impressionnisme de The Legend of Zelda: Skyward Sword HD pourra vous sembler dénué de sens, surtout si vous n’avez jamais joué le titre et que vous venez de compléter The Legend of Zelda: Breath of the Wild récemment ou même Hyrule Warriors: Age of Calamity. Cela dit, il ne faut pas oublier que la franchise est allée dans de multiples sens au niveau des graphismes, entre autres dans The Legend of Zelda: The Wind Waker ou même The Legend of Zelda: Link’s Awakening.

Vous pensez probablement que je tente de sauver le tir du simple « rehaussement graphique » quand le jeu aurait pu avoir une refonte complète, mais je vais vous expliquer le tout!

Sincèrement, Skyward Sword est magnifique! Oui, oui! Même s’il s’agit des vieux graphismes simplement revampés! Bien que le visuel soit en contraste frappant avec les nouveaux titres et, je dirais même, The Legend of Zelda: Twilight Princess, il regorge de vie et a plus d’âme dans chaque petit recoin que la plupart des autres jeux pourront vous proposer! Il est sincèrement plus holistique et accompli que ce qu’il peut prétendre être.

Bien entendu, la trame sonore ayant été également retravaillée, ça vient apporter un brin de nostalgie et améliorer également la qualité du jeu de ce côté. D’un autre côté, il n’y a pas de réels « dialogues » dans le jeu. Que du charabia incompréhensible en guise de « voix » avec le texte en dessous. J’aurais bien aimé avoir une adaptation des voix, sachant que c’est pleinement possible dans The Legend of Zelda: Breath of the Wild et que ça apporte un réel charme à l’histoire.

Le rehaussement qui en vaut la peine

The Legend of Zelda: Skyward Sword ne présente pas uniquement un rehaussement graphique, finalement! Certes, c’est le point principal de celui-ci, mais il y a également des nouveautés qui viennent avantager ce portage de belle façon.

Combinez les graphismes améliorés aux nouveautés proposées dans le remaster ainsi qu’à l’histoire et vous obtenez un jeu qui porte l’aventure encore plus loin. D’ailleurs, certaines nouvelles fonctionnalités sont fort intéressantes :

  • Graphismes rehaussés;
  • Utilisation sans « motion »;
  • Compatibilité avec les Amiibo;
  • Possibilité de retirer les interventions de Fi;
  • Taux de rafraichissement par seconde augmenté;
  • Les informations d’objets ne se produisent qu’une seule fois;
  • Possibilité d’accélérer les dialogues;
  • Possibilité de passer les cinématiques;
  • Affichage des noms des personnages dans les dialogues;
  • Modernisation de la fenêtre des quêtes;
  • Changement dans les dialogues;
  • Contrôle libre de la caméra.

Certes, les graphismes ont été revampés et ça parait. Il n’y a plus de flou lointain et tout est scrupuleusement bien détaillé. Mais les choses que j’ai trouvé les plus intéressantes ont surtout été de pouvoir jouer sans devoir utiliser la motion des Joy-Cons et le contrôle libre de la caméra.

Je me souviens, par le passé, que je trouvais parfois difficile de me rendre à certains endroits, car je devais forcer la caméra à retourner derrière Link pour mieux me diriger par la suite. Là? J’utilise le joystick du Joy-Con droit pour changer l’angle de la caméra ou, si je joue avec une Pro Controller, je maintiens la touche « L » enfoncée pour ensuite utiliser le joystick de droit sur ma manette pour changer l’angle de la caméra. Sur ce dernier point, en revanche, j’aurais probablement préféré que le joystick de droit serve en tout temps à la caméra et qu’en maintenant la touche « L » enfoncée, là je puisse contrôler le maniement de l’épée de Link.

L’accélération des dialogues aide aussi à passer plus vite les discours inutiles ou trop longs, c’est une très bonne chose, et le fait de pouvoir passer les cinématiques est d’autant plus plaisant lorsque vous devez vous retaper une cinématique une seconde fois parce que vous êtes mort ou que vous relancez votre sauvegarde juste avant celle-ci.

Du côté du gameplay

Dans Skyward Sword HD, il faut prendre certains points en considération, mais principalement, qu’il s’agit d’un jeu extrêmement traditionnel et offrant tout ce à quoi vous pouvez vous attendre d’un jeu de la franchise The Legend of Zelda. Cela dit, le fait de pouvoir manier l’épée, le bouclier et différents objets avec les Joy-cons est vraiment quelque chose de plaisant quand la calibration est de la partie. Voyez-vous, sur la Wii nous avions un capteur de mouvement à infrarouge que nous placions au-dessus ou sous l’écran du téléviseur.

Sur la Switch, il n’est plus question de capteur à infrarouge, car tout est géré par le système gyroscopique de vos Joy-cons! C’est grâce à Skyward Sword HD que je me suis rendu compte que je n’avais pas de soucis avec la fameuse problématique des Joy-cons drift, mais il semblerait que j’aie un autre souci personnel avec mes Joy-cons qui ont plus de trois ans d’usure : le système gyroscopique a de gros problèmes!

Voilà donc un des problèmes majeurs du jeu : comme nous n’avons pas de capteur de mouvement, il se peut que vous deviez calibrer le point central de votre Joy-con de temps en temps et que, si comme moi vous faites attention à vos Joy-cons, il se peut que l’usure du temps cause des problèmes avec le système gyroscopique et rende le jeu pratiquement injouable en mode « motion ».

En mode « manette », tout se contrôle relativement bien. Le temps de réaction des coups d’épée est un peu lent, ce qui peut peut-être vous gêner quand vous devez utiliser votre arme pour faire ricocher des attaques de Ghirahim, entre autres, mais l’adaptation est assez facile. Autrement, j’aurais proposé au joueur une option permettant de contrôler principalement l’épée ou la caméra avec le joystick de droit et l’autre action via le bouton « L » enfoncé plutôt que de forcer uniquement l’épée à titre d’action principale du joystick, mais encore là, il s’agit d’un point de vue personnel.

Est-ce que le jeu en vaut le coup?

Skyward Sword HD n’est pas reconnu pour être un monde aussi vaste que Breath of the Wild. Vous avez le ciel dans lequel vous pouvez voler comme bon vous semble et atterrir sur des petites îles flottantes çà et là et vous avez la Surface, qui contient quelques zones seulement. Néanmoins, il s’agit d’un jeu énorme, rempli de puzzles qui vont faire appel au côté technique que fait miroiter Nintendo dans ce jeu doté de motion. De plus, on ne parle pas de petites zones, mais plutôt de zones massives qui s’étendent progressivement et deviennent de plus en plus grandes. Sans oublier que vous serez amené à revenir dans d’anciennes zones ou d’anciens donjons si vous désirez compléter le jeu à 100%. Le jeu contient quelques quêtes secondaires qui, malheureusement, sont rendent parfois difficiles la progression, surtout si vous retardez leur réalisation. Ne vous attendez pas à ce que Fi vous aide dans les quêtes secondaires, elle ne vous aidera que sur des choses extrêmement évidentes.

Est-ce que la motion vaut le coup?

Voilà la question évidente qu’il faut se poser, car comme bon nombre d’entre vous, après une rude journée de travail et après avoir passé du temps de qualité avec ma famille, je n’ai pas forcément envie de devoir me tenir debout, dans le milieu du salon, à donner des coups dans le vide avec mes Joy-cons. Comme la plupart d’entre vous, j’aime pouvoir m’affaler sur le sofa et jouer tout en relaxant. Cela dit, assis sur la pointe du sofa, Joy-cons en main, à bouger, donner des coups, contrôler Link et ses objets, ça se fait relativement bien! Après quelques minutes, vous ne vous rendrez probablement même plus compte que vous êtes en train de jouer en mode motion. Avec de la pratique, vous allez naturellement vous améliorer et éventuellement devenir bon contre des hordes d’ennemis dans le temps de le dire.

En conclusion

Comme mentionné d’entrée de jeu, j’ai eu mes irritations quant au fait que le jeu ne soit qu’un simplement rehaussement graphique. Cela dit, la particularité d’un jeu comme The Legend of Zelda: Skyward Sword HD qui peut sembler être une provocation quant à la beauté des personnages et des décors démontre clairement qu’il s’agit de notre propre incapacité à voir ce qui se trouve devant nous. Oui, la conception peut sembler discutable, mais comme une goutte d’eau dans l’océan, ce n’est qu’une infime négativité dans une mer d’aspects positifs.

Je conçois grandement que ce jeu attirera surtout les fans de la franchise, les nostalgiques et les gens qui n’y ont jamais joué, et je comprendrai également les gens qui diront qu’ils y ont joué sur la Wii et n’ont pas l’intention de le racheter. Néanmoins, il s’agit là d’un Zelda avec une aventure vaste, variée, remplie de puzzles et d’histoire où, par moment, vous aurez la chance de croire que si Link a survécu à cette horde de démons, c’est grâce à vos aptitudes à manier le Joy-con comme un maître… et vous savez quoi? Vous serez autorisé d’y croire!

Skyward Sword HD est un jeu qui vous laissera volontiers défier les monstres, provoquer les boss et vous engager dans une aventure haute en couleur qui ne vous laissera définitivement pas quitter son histoire avant que vous l’ayez terminée!

Quant aux concepts de jouer le jeu avec les Joy-cons, j’ose espérer qu’il s’agit ici d’une entrée en matière pour faire revivre des remasters ou des remakes de la Wii ou de la WiiU qui vivaient de ce concept, comme Metroid Prime Trilogy, Rage of Gladiator, une version américaine de Zangeki No Reginleiv (Blades of Reginleiv), Red Steel, The Legend of Zelda: Twilight Princess et, pourquoi pas, un nouveau Wii Sports édition Switch?

Un énorme « Merci » à Nintendo du Canada pour la copie du jeu!


À lire aussi :









Explorez est un contenu publicitaire produit par ou pour des annonceurs.