Lachine & Dorval
09:50 19 août 2020 | mise à jour le: 19 août 2020 à 09:50 temps de lecture: 4 minutes

Projet pilote à évaluer à Lachine

Projet pilote à évaluer à Lachine
Photo: Éric Martel/Métro MédiaJusqu’au 24 août, le boulevard Saint-Joseph est un sens unique pour les automobiles

La circulation automobile à deux directions reprendra bientôt son cours sur le boulevard Saint-Joseph. Lors des prochains mois, l’arrondissement analysera la possibilité de transformer l’artère en un sens unique.

Présentement, les cyclistes roulant sur la piste des berges du canal de Lachine sont dirigés sur un corridor cyclable de deux kilomètres, aménagé temporairement sur le boulevard Saint-Joseph, entre la 6e et 34e Avenue.Les cyclistes partagent l’espace de cette voie avec des automobilistes filant vers l’ouest et des véhicules stationnés.

«L’arrangement n’est pas idéal, mais il faut se rappeler qu’il a été fait dans l’urgence, rappelle la mairesse de Lachine, Maja Vodanovic. Au moins, dans la disposition actuelle, les voitures ralentissent.»

Pendant le confinement, les berges étaient très populaires, au point où cyclistes et piétons peinaient à y cohabiter. Trois collisions entre des vélos et des enfants ont nécessité l’appel des services d’urgence.

«Il y avait des secteurs, notamment près de la Vielle Brasserie, qu’il fallait absolument sécuriser», convient Mme Vodanovic.

Opinions partagées

Trois mois après la reconfiguration de la rue, les avis sont partagés. Certains piétons et cyclistes ont demandé à l’arrondissement de conserver la rue dans sa disposition actuelle pour des questions de sécurité.

«Les Lachinois qui habitent sur Saint-Joseph ont apprécié parce que la rue est plus tranquille», ajoute Mme Vodanovic.

D’autres résidents de la 6e Avenue se sont plaints, car plusieurs véhicules empruntent la voie pour rebrousser chemin vers la rue Saint-Louis. L’aspect esthétique de la voie cyclable, délimité par des cônes, a également fait l’objet de critiques.

«Ce n’était pas beau, mais comme c’était temporaire, c’est ce qu’on devait faire, convient la mairesse. Si on change la rue de manière permanente, des bollards y seraient visés.»

Impact économique

Les voitures arrivant de l’est sont redirigées sur la rue Notre-Dame, ce qui a eu pour effet d’y augmenter la circulation. Au cours des prochains mois, l’arrondissement tentera de déterminer si les commerces qui s’y trouvent en ont bénéficié.

«C’est tôt pour parler d’impact sur les ventes des commerçants, mais on a profité du passage des automobilistes pour embellir notre artère, commente le directeur général des commerçants de la rue Notre-Dame, Michael Bardier. Je salue le fait que l’arrondissement ait essayé quelque chose pour nous aider.»

Sur le boulevard Saint-Joseph, la boutique Bicyclette Rossi a bénéficié du fort passage de cyclistes. «Ça a augmenté nos ventes, en plus de donner une belle visibilité à notre magasin», assure le gérant Miguel Martin.

Aucun impact n’a été remarqué sur les ventes du restaurant Pasta Andrea, situé à l’angle de la 17e Avenue. Il faut toutefois éviter que le sens unique demeure à longueur d’année, prévient le propriétaire, André Martin. «Ça deviendrait trop étroit», soutient-il.

Des clients du restaurant El Meson se sont également plaints de l’étroitesse du passage pour les automobiles. «Je n’aime pas la disposition de la rue non plus, avoue la propriétaire, Helena Garcia. Une voie, ça fait moins d’automobilistes qui voient notre restaurant.»

Aucune place de stationnement n’a été retirée sur le boulevard, alors que l’accès à de nouveaux espaces à la mairie d’arrondissement a été permis.

Non-envisagé à Dorval

Le boulevard Saint-Joseph se prolonge vers Dorval, où il devient le chemin Bord-du-Lac. La Cité n’a toutefois pas considéré de modifier la voie comme à Lachine.

«Nous n’avons pas le même trafic qu’à certains endroits à Montréal où ça a été fait», a indiqué le maire Edgar Rouleau.

Changer la disposition de la rue nuirait au passage des autobus de la Société de transport de Montréal (STM) et des véhicules d’urgence. «Je ne pense pas que les gens sont ouverts à l’idée d’attendre cinq minutes de plus pour leur ambulance», a raisonné le conseiller Paul Trudeau.

La plupart des restaurants situés sur cette rue ont déjà une terrasse, et n’ont donc pas besoin d’espace supplémentaire, mentionne M. Rouleau.

Articles similaires