Culture
16:04 25 février 2021 | mise à jour le: 25 février 2021 à 20:33 temps de lecture: 3 minutes

Un jeune parle de santé mentale dans une série documentaire

Un jeune parle de santé mentale dans une série documentaire
Photo: Gracieuseté/MC2 Communication MédiaNicolas Chassé et P.-A. Méthot

Nicolas Chassé, un résident bipolaire de Tétreaultville, a participé à la websérie Parfaitement imparfait consacrée à la santé mentale, laquelle sera diffusée dès le 2 mars sur ICI TOU.TV

La série documentaire est coproduite par Jean-Simon Chartier et Charles Menher de MC2 Communication Média et comprend 20 épisodes d’environ 10 minutes. L’objectif, d’après M. Chartier, est de déstigmatiser la détresse psychologique et les troubles de santé mentale chez les jeunes, d’en parler d’une manière positive et qu’il existe des solutions, sans pour autant renier le fait qu’ils touchent un jeune sur cinq au Québec.

«L’objectif est de montrer que ces jeunes qui souffrent sont normaux et que certaines de leurs faiblesses deviennent des forces. Donc, la série porte un regard positif et dynamique dans un langage qui parle aux jeunes», résume le coproducteur.

Santé mentale: déconstruire les tabous

En décidant de participer à la websérie, Nicolas Chassé voulait déconstruire les tabous liés à la santé mentale. À 18 ans, il s’est vu poser le diagnostic de troubles bipolaires et de troubles d’anxiété généralisée.

«Ça se manifeste avec des périodes où je suis dépressif, ou des fois, j’ai des phases maniaques où j’ai plein de projets. Quand je suis dans ma phase dépressive, je suis très dépressif et mon trouble d’anxiété généralisée dure tous les jours», rapporte à Métro le résident de Mercier-Est. Il se dit stressé devant des événements qui ne sont pas de nature à engendrer le stress.

Ses phases maniaques lui font prendre des décisions qu’il n’aurait pas prises.

«J’ai eu des projets comme à 16 ans, je suis déménagé à Rimouski du jour au lendemain, seul avec mes bagages. À cause de mon truc bipolaire, je me suis déménagé sans mes parents sans penser aux conséquences», raconte-il.

Personnalités publiques

Dans la série, chaque jeune est jumelé à une personnalité publique qui est atteinte du même trouble que lui. On y voit intervenir des célébrités comme Marie-Mai, Marie-Soleil Dion, Antoine Desrochers, Mélissa Bédard, Simon Boulerice et P-A Méthot. M. Chassé est associé à l’humoriste P-A Méthot, atteint lui aussi de bipolarité.

«On n’a pas le même âge, il a beaucoup plus de cheminement, de vécu face à sa bipolarité. C’est intéressant de voir ce qu’il avait à dire par rapport à sa bipolarité et comment il a vécu ça», déclare, Nicolas Chassé. Il a souligné qu’ils se sont très bien compris et ont eu de longues discussions en dehors du tournage. «La série a comblé mes attentes à 100 pour cent. C’est une équipe de production formidable, des personnes super ouvertes, lumineuses et très agréables à côtoyer», a-t-il fait valoir.

Selon des statistiques, le taux de suicide chez les jeunes au Canada est le troisième plus élevé des pays industrialisés. 50 % des maladies mentales se déclarent avant l’âge de 14 ans et 75 % avant l’âge de 22 ans. L’hyper-anxiété, dont sont victimes 25% des filles de 12 à 14 ans, les troubles alimentaires et l’automutilation touchant 10 à 20% des jeunes Canadiens demeurent les troubles les plus courants.

Articles similaires