Outremont & Mont-Royal
17:14 12 juillet 2021 | mise à jour le: 12 juillet 2021 à 17:37 Temps de lecture: 4 minutes

Plusieurs organismes financés grâce à la politique de l’enfant

Plusieurs organismes financés grâce à la politique de l’enfant
Photo: Sasha Onyshchenko - Les Grands BalletsCours du Centre national de danse-thérapie (CNDT).

Chaque année, la Ville de Montréal accorde un soutien financier à des organismes qui aident les enfants et les familles vulnérables dans le cadre de la politique de l’enfant, lancée en 2016. En 2021, 31 organismes ont obtenu du financement, pour un total de quatre millions de dollars. Depuis cinq ans, plusieurs dizaines de groupes ont pu bénéficier de cet argent dont la somme varie pour accomplir différents projets

La politique de l’enfant vise à favoriser le développement et l’apprentissage des plus jeunes par le biais de différents services culturels ou communautaires. Dans le cadre de ce financement, des organismes de toutes disciplines peuvent présenter une idée de projet afin de courir la chance d’obtenir un moment.

Début juin, la Ville de Montréal a annoncé les récipiendaires 2021. Cela comprend les YMCA du Québec (123 000$), Nourri-Source Montréal (195 000$) ou encore la Société de développement communautaire de Montréal (140 000$). 

Parmi ces organismes, quelques institutions artistiques ont aussi reçu de l’aide de la Ville, comme les Grands Ballets Canadiens, qui donnent des cours de danse pour tous les âges. Dans le cadre de la politique de l’enfant, le Centre national de danse-thérapie (CNDT), une division des Grands Ballets Canadiens, prévoit organiser des activités de danse adaptée et de danse thérapie.

Sasha Onyshchenko – Les Grands Ballets

Ces services visent à offrir des ateliers adaptés à des enfants avec des déficiences intellectuelles, ou qui sont pris en charge par des centres jeunesse. Des spectacles seront aussi prévus. «Ce sera l’organisation de performances […] qui recrées des conditions idéales pour ces groupes-là», précise Marc Lalonde, le directeur général des Grands Ballets. Les ateliers auront lieu dans des écoles, des centres de jeunesse et auprès de la Société de Saint-Vincent de Paul.

L’organisme de bienfaisance MU, spécialisé dans l’art mural et dans l’éducation pour les adolescents, a aussi reçu cette année un financement de la Ville de Montréal. En s’associant à des organismes locaux, comme l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), des jeunes des HLM pourront bénéficier d’ateliers en art mural. Pour la co-fondatrice, Élizabeth-Ann Doyle, ces ateliers sont un moyen de «donner une expérience artistique aux jeunes […]. C’est de l’éducation civique, citoyenne, sur l’impact qu’un jeune peut avoir dans son milieu de vie.» 

Depuis 2016

Plusieurs organismes ont pu mettre en œuvre de nouveaux projets grâce au soutien de la Ville de Montréal dans le cadre de cette politique. L’organisme La Maison Bleue accompagne les femmes enceintes et les jeunes enfants, en situation de vulnérabilité. L’argent reçu a permis au groupe d’entraide d’inaugurer en 2020 une quatrième maison, qui s’ajoute à celles de Côtes-des-Neiges, Parc-Extension et Saint-Michel. 

Pour le Regroupement des éco-quartiers (REQ), l’argent reçu a permis en 2017 de mettre en place un guide d’aménagement de ruelles vertes et actives, afin que ces dernières soient sécuritaires et accessibles à tous, mais surtout aux plus jeunes. Plusieurs arrondissements de la Ville ont ainsi produit leur propre guide pour favoriser la sécurité des enfants dans ces ruelles. 

Certains organismes n’ont pas reçu de financement dans le cadre de la politique cette année, comme le Festival International du film pour enfants de Montréal (FIFEM). Alors que ce dernier avait déjà reçu du soutien en 2019 et 2020, ses projets n’ont pas été retenus en 2021. Les années précédentes, le festival avait pu organiser des ateliers d’éducation cinématographiques dans des maisons de la culture ou dans des centres communautaires.

Articles similaires