Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est

Rue Notre-Dame : un projet majeur dans le Vieux-Pointe-aux-Trembles en 2023

Le début des travaux est prévu pour l'automne 2023. Photo: Coralie Hodgson/Métro Média

La Ville de Montréal s’engage à donner une première pelletée de terre pour réaménager la rue Notre-Dame dans le Vieux-Pointe-aux-Trembles à l’automne 2023. La nouvelle était attendue depuis longtemps dans le secteur.

Une résolution adoptée par le conseil municipal de la Ville de Montréal demande à Hydro-Québec de procéder à la conception des travaux d’enfouissement des fils électriques longeant la rue Notre-Dame Est entre la 1re et la 13e avenue. Le début des travaux est prévu pour l’automne 2023.

« C’est une nouvelle extraordinaire. J’ai tellement entendu de dates pour ce projet-là, mais on n’allait pas plus loin que ça », souligne la mairesse de l’arrondissement RDP-PAT, Caroline Bourgeois.

En plus d’enfouir les fils électriques, la Ville souhaite réhabiliter les infrastructures souterraines et procéder à un réaménagement majeur de l’artère. « Des trottoirs larges, verdis et confortables » ainsi que des mesures d’apaisement de la circulation y sont prévus.

« En termes de réaménagement urbain, on était rendu là », ajoute Mme Bourgeois, soulignant que des efforts pour revitaliser le secteur ont déjà été faits, dont l’aménagement de la Place du Village, la création de la navette fluviale et l’élaboration du projet de la Société de développement Angus.

Ça va être une période de travaux intense, mais la rue va être totalement transformée. 

Caroline Bourgeois, mairesse de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles

Actuellement, la Ville n’a dévoilé que l’échéancier pour l’enfouissement des fils électriques. Mme Bourgeois indique toutefois qu’un calendrier des travaux est en cours de préparation. L’objectif est que tous les travaux se déroulent « dans un bloc ».

« J’ai toujours été claire : je ne veux pas qu’on ouvre la rue deux fois. (…) Ça va être une période de travaux intense, mais la rue va être totalement transformée », soutient Mme Bourgeois.

Bonheur et appréhension chez les commerçants

« Il était temps ! Ça me rend fébrile », s’exclame Joanne Paiement, présidente de l’Association des commerçants et professionnels du Vieux-Pointe-aux-Trembles.

Celle qui milite depuis des années pour le réaménagement de l’artère commerciale dévitalisée croit que ce projet  « est la chose la plus souhaitable qui peut arriver que pour la santé économique de PAT. »

« On va de l’avant pour améliorer notre ville », se réjouit pour sa part Vanessa Vautour, propriétaire chez Vanyx Attitude.

La nouvelle est moins bien accueillie par le propriétaire de Costa Sports, Michel Kandarakis. À son avis, les clients « ne vont pas se stationner à huit coins de rue » pour fréquenter les commerces du secteur.

La mairesse Caroline Bourgeois assure que les programmes d’aide de la Ville seront accessibles aux commerçants affectés par les travaux.

Or, Mme Paiement et M. Kandarakis craignent que ce type d’aide ne suffise pas à atténuer les éventuelles baisses de chiffres d’affaires. Mme Paiement souhaite d’ailleurs que les commerçants du secteur se préparent dès 2022 à l’impact des travaux.

Pas de date officielle pour les travaux de la SDA

La société de développement Angus (SDA) a acquis 6 immeubles situés entre les rues Sainte-Anne et Saint-Jean-Baptiste dans le but d’y reconstruire des logements et des locaux commerciaux.

La SDA se réjouit de pouvoir connaître la période du début des travaux, mais n’est pas encore en mesure de préciser si son projet se fera simultanément.

« La planification de notre projet avance bien et nous continuons de collaborer avec l’arrondissement et tous les partenaires afin d’arrimer l’ensemble des travaux qui seront réalisés dans le vieux village de Pointe-aux-Trembles au cours des prochaines années », soutient le vice-président communications et affaires publiques à la SDA, Pierre Choquette.

Un kilomètre de fils souterrains

Un peu plus d’un kilomètre de fils électriques sera enfoui sous terre. Montréal autorise l’enfouissement d’environ 4,5km de lignes aériennes par année.

Hydro-Québec évalue le coût de la conception des travaux d’enfouissement à 368 018,40 $, taxes incluses. Un montant maximal de 336 049,85$ sera financé par la Ville centre.

Articles récents du même sujet