Monde

Des fossiles de tétrapodes en Afrique du Sud remettent en cause la théorie des tropiques

Des fossiles de tétrapodes en Afrique du Sud remettent en cause la théorie des tropiques
Photo: AFPA handout photo released on June 7, 2018 by the Centre of Excellence in Palaeosciences of the University of the Witwatersrand shows a full reconstruction of a Waterloo Farm including Tutusius and Umzantsia. The discovery of two Devonian tetrapods in South Africa suggests that the evolution of these creatures from water to land could have occurred anywhere else, and not only in the tropics as was previously thought, a study which will be fully released on June 8, 2018 has established. The evolution of tetrapods - four legged vertebrates- from fishes was a key event in human ancestry and for a long time scientists have assumed that they had originated in Laurasia - the smaller supercontinent which included modern day North America, Greenland and Europe. / AFP PHOTO / University of the Witwatersrand / Maggie NEWMAN / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Centre of Excellence in Palaeosciences of the University of the Witwatersrand / Maggie Newman" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS / TO GO WITH AFP STORY BY MICHELLE GUMEDE

La découverte récente en Afrique du Sud de deux fossiles de tétrapodes laisse penser que le passage de ces vertébrés de l’eau vers la terre ferme a pu se produire n’importe où sur Terre, et plus seulement dans les tropiques comme le pensaient les scientifiques, selon une étude publiée vendredi.

L’évolution des tétrapodes constitue un événement clé dans l’évolution des espèces. Jusqu’à présent, les scientifiques estimaient que ces vertébrés à quatre pattes étaient originaires de “Laurussia”, super continent composé de l’Asie, de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

Douze tétrapodes datant du Dévonien (-410 millions d’années à -350 millions d’années) avaient jusqu’à présent été découverts au niveau des Tropiques, à proximité de l’Équateur. Les chercheurs en avaient déduit que tous les tétrapodes du Dévonien étaient tropicaux et que leur évolution sur terre avait probablement eu lieu dans un environnement tropical. Mais la découverte des fossiles Tutusius umlambo et Umzantsia amazana dans la province sud-africaine du Cap-Oriental (sud-est), près de latitudes polaires, remet en cause cette théorie.

“Maintenant, nous avons des preuves que deux types de tétrapodes du Dévonien vivaient de l’autre côté du Gondwana (super continent qui s’est ensuite brisé pour former l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Antarctique, l’Inde et l’Australie), de l’autre côté du pôle sud, dans le cercle antarctique”, a expliqué à l’AFP le professeur Robert Gess.

“Ce sont nos ancêtres, et il est désormais possible qu’ils soient venus autant d’ici que de l’autre bout du monde”, a-t-il ajouté. Bien que les fossiles découverts ne soient pas complets, ces tétrapodes ressemblaient à un animal entre crocodile et poisson, avec une gueule de crocodile, des pattes trapues et une queue en forme de nageoire.

“Nous savons désormais que les tétrapodes, à la fin du Dévonien, vivaient dans le monde entier, des tropiques au cercle antarctique. Donc il est possible (…) qu’ils aient pu commencer à se déplacer sur la terre ferme n’importe où sur la planète. Ça élargit grandement le champ des possibles”, a estimé le scientifique sud-africain Robert Gess.

Le Tutusius umlambo d’un mètre de long a été baptisé en hommage au prix Nobel de la paix sud-africain l’archevêque Desmond Tutu, figure de la lutte contre l’apartheid. Il a “montré la voie à nos ancêtres pour sortir d’un monde quelque peu toxique, dangereux et humide vers le soleil”, a expliqué Robert Gess, l’un des auteurs de la recherche, publiée vendredi dans le magazine Science.