Monde

Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l’espace

Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l’espace
Photo: Getty Images/iStockphoto

Les États-Unis ont accusé mardi la Russie et la Chine d’accroître le risque d’un conflit dans l’espace, notamment en développant des armes antisatellites, en plein débat sur un traité de maintien de la paix spatiale.

Des experts de 25 pays — y compris de la Chine, de la Russie et des Etats-Unis — sont réunis à huis clos depuis lundi à Genève pour tenter de jeter les bases d’un accord sur la prévention de la course aux armements dans l’espace.

Pékin et Moscou ont soutenu l’organisation de cette réunion du Groupe d’Experts Gouvernementaux (GGE), qui se tient jusqu’au 28 mars sous la présidence de l’ambassadeur brésilien auprès de la Conférence du Désarmement de l’ONU, Guilherme de Aguiar Patriota. Mais dans un discours à la Conférence du Désarmement, au Palais des Nations, siège de l’ONU, la secrétaire d’Etat adjointe américaine Yleem Poblete s’est interrogée sur la sincérité de l’engagement de la Chine et de la Russie dans les discussions du GGE.

«Comment peut-on croire que (la Russie est) sérieuse à propos de la prévention de la course aux armements dans l’espace alors que ce sont eux qui développent des armes antisatellites lancées depuis la Terre?» a-t-elle demandé.

Mme Poblete, qui travaille au Bureau du contrôle des armements au Département d’Etat, a également accusé Moscou d’essayer de fabriquer des lasers capables «d’aveugler ou d’endommager des satellites». Elle a ensuite reproché à la Chine de développer des instruments pour brouiller les émissions des satellites ainsi que des missiles capables d’atteindre des «satellites en orbite basse».

Compte tenu de cela, «il est difficile d’évaluer la véracité de l’engagement de la Chine en faveur de la prévention de la course aux armements dans l’espace», a déclaré Mme Poblete.

Le président américain Donald Trump a décidé de créer une «Force de l’espace» et le Pentagone a soumis une proposition en ce sens début mars au Congrès. Cette annonce a suscité une vive inquiétude dans le monde, mais les experts pensent que les trois grandes puissances ont beaucoup à perdre si les discussions en cours échouent, étant donné l’importance croissante de la technologie satellitaire dans les affaires civiles et militaires.

La réunion du GGE ne publiera un rapport que si l’ensemble des nations parviennent à un consensus sur son contenu. Les experts vont tenter de se mettre d’accord sur une liste d’”éléments” qui pourraient constituer la base d’un traité, a pronostiqué l’ambassadeur brésilien.