Monde
10:19 29 mars 2020 | mise à jour le: 29 mars 2020 à 12:17 temps de lecture: 3 minutes

Coronavirus: 838 morts en 24 heures en Espagne qui espère atteindre le pic de la contagion

Coronavirus: 838 morts en 24 heures en Espagne qui espère atteindre le pic de la contagion
Photo: Carlos Alvarez/Getty ImagesDes membres de l'Unité d'urgences militaire vont désinfecter une résidence pour aînés le 29 mars.

L’Espagne a enregistré 838 morts du coronavirus en 24 heures, après 832 la veille, laissant espérer que la pandémie approche de son pic de contagion, mais les autorités craignaient dimanche une saturation des unités de soins intensifs.

«L’évolution (de la pandémie) semble se stabiliser, il semble même qu’elle soit en train de diminuer, mais il faut rappeler que notre problème fondamental en ce moment est de garantir que les UCI (unités de soins intensifs) ne saturent pas», a résumé le directeur du Centre d’urgences sanitaires, Fernando Simon.

Le nombre de cas de coronavirus confirmés a atteint dimanche 78 797, une progression de 9,1% en un jour, en baisse depuis les 20% de mercredi, selon les statistiques du ministère de la Santé.

Les 838 décès enregistrés entre samedi et dimanche portent le bilan à 6528 morts du coronavirus en Espagne mais là aussi l’évolution est plus lente (14,7% en 24 heures contre 27% mercredi).

Note plus positive, le nombre de personnes guéries a également augmenté de 19,7% en 24 heures pour atteindre 14.709.

Mais pour éviter que les hôpitaux où des malades luttent entre la vie et la mort soient débordés, l’Espagne, deuxième pays le plus endeuillé par la COVID-19 après l’Italie, va durcir encore les règles du confinement, déjà l’un des plus stricts d’Europe.

«Il y a six régions (sur 17) qui sont à la limite de leurs capacités et trois autres qui s’en approchent rapidement», a averti le Dr Simon. Le durcissement du confinement devrait contribuer à ce que «nous puissions contrôler la population qui entre dans (ces unités) et la létalité qui pourrait être associée à un possible engorgement».

Après l’Italie, l’Espagne a décidé samedi de durcir les mesures prises pour lutter contre le COVID-19 en ordonnant l’arrêt des «activités non essentielles».

«Tous les salariés des activités non essentielles devront rester chez eux durant les deux prochaines semaines», soit jusqu’au jeudi 9 avril, début du week-end de Pâques, a déclaré le chef du gouvernement Pedro Sanchez.

Sont considérées comme activités essentielles la santé, l’alimentation ou l’énergie notamment.

Cette mesure a été approuvée dimanche lors d’un Conseil des ministres extraordinaire qui devait préciser quels secteurs exactement sont visés.

Le but est de réduire encore plus la mobilité et donc la propagation du virus alors que les 46 millions d’Espagnols sont déjà soumis depuis mi-mars à un confinement qui a été prolongé jusqu’au 11 avril.

Ils ne peuvent sortir de chez eux que pour travailler si le télétravail n’est pas possible, acheter à manger, se faire soigner ou sortir rapidement leur chien.

Les policiers multiplient les arrestations –760 depuis le 14 mars– et ont établi près de 60 000 procès-verbaux pour violation des nouvelles règles de circulation, selon José Angel Gonzalez, directeur des opérations de la Police nationale.


Tout ce que vous devez savoir sur le coronavirus: abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir tous les soirs, les nouvelles les plus importantes de la journée sur le sujet.

Articles similaires