Monde

Fière Anam, 16 ans : «Je n’ai pleuré qu’une fois au cours des dernières années»

Photo: Amima Sayeed

Anam a 16 ans. C’est une belle fille. Ou plutôt, le côté droit de son visage est beau. Le gauche a été ravagé par l’acide. «Je marchais vers l’école avec mon père quand j’ai entendu un homme de mon quartier m’appeler, se souvient-elle. J’ai continué à marcher, et il a crié : “Si tu ne t’arrêtes pas, je te lance de l’acide.” J’ai poursuivi mon chemin, et j’ai alors senti une brûlure dans mon dos. Quand je me suis retournée pour voir ce qui arrivait, l’homme m’a jeté de l’acide au visage et sur le corps.»

Anam a passé un an à l’hôpital, puis a vécu comme une recluse : elle n’a plus quitté la maison. Deux ans plus tard, c’est une jeune femme pleine d’assurance qui étudie tout en suivant une formation d’esthéticienne auprès de la fondation Smile Again.

[pullquote]

L’agresseur d’Anam avait demandé à ses parents la main de sa sœur aînée, et sa demande avait été refusée. Sa famille croit qu’il visait l’aînée, mais que, ne trouvant qu’Anam dehors, il s’est vengé sur elle. Comme les autres victimes d’attaques à l’acide, la jeune femme conservera toute sa vie des séquelles de cette agression. Elle reste cependant forte. «Je n’ai pleuré qu’une fois au cours des dernières années, dit-elle. C’est quand mon agresseur a été condamné. Il n’a eu que quatre ans de prison.»

Articles récents du même sujet