Monde

Shakespeare dans le ghetto: le théâtre qui sauve les ados

Photo: Aaron Lucy

Il n’y a pas que l’élite littéraire qui aime William Shakespeare. Le dramaturge fait aussi des émules parmi les adolescents d’un des quartiers les plus dangereux de Los Angeles. Ceux-ci doivent surmonter des obstacles immenses pour assister aux répétitions, et le résultat est impressionnant : des spectacles de qualité – et des destins transformés. Métro les a visités.

Javier Gutierrez vit dans le garage de son oncle depuis que sa mère l’a chassé de chez elle parce qu’il refusait de s’enrôler dans l’armée. Il est passé à deux doigts d’abandonner l’école tellement ses résultats étaient mauvais. Mais ce jeune homme de 18 ans doté d’une remarquable beauté a changé sa vie en jouant du Shakespeare.

J’ai rencontré Javier après une répétition organisée par le projet Inner City Shakespeare à l’école préparatoire George Washington, située dans le quartier South Central de Los Angeles. C’est un des ghettos les plus tristement célèbres de la ville des Anges : pauvre, violent, infesté par les gangs criminels. Peu de gens de la classe moyenne osent s’aventurer ici. Et pourtant, en entrant dans le gymnase, que voit-on? Javier et une vingtaine d’autres jeunes latinos ou afro-américains qui sont occupés à répéter La nuit des rois, avec l’aide d’acteurs britanniques.

«Ma professeure d’art dramatique m’a traîné ici il y a deux ans, raconte Javier. Elle a menacé de me “planter” si je n’auditionnais pas. Je ne voulais pas du tout y aller. Je déteste les livres. Mais j’avais lu un peu de Roméo et Juliette.» Même si Javier ne comprenait presque pas les mots qu’il lisait, il a vite senti qu’il pourrait se reconnaître dans les personnages. Après son audition, il a décroché le rôle de Roméo. L’année suivante, il jouait Puck, le personnage principal du Songe d’une nuit d’été.

Contre toute attente, Javier et ses comparses jouent dans ces pièces du XVIe siècle. «South Central est un monde en soi, explique Katy Haber, l’énergique fondatrice d’Inner City Shakespeare. Souvent, les jeunes se font attaquer lorsqu’ils rentrent à la maison après les répétitions, et ils se font demander à quel gang ils appartiennent.» Phillip Rhys, un acteur britannique qui offre du tutorat à Javier, ajoute qu’«en venant ici, ces jeunes réalisent que des siècles avant eux, il y a eu cet homme, qui était acteur comme eux – rien de plus. Nous avons passé une journée entière à jurer comme Shakespeare.»

Shakespeare
Changer de visage – et pourquoi pas de vie? – durant une répétion à Los Angeles. / Aaron Lucy

Cette vie d’acteurs leur offre une voie pour s’échapper d’un chemin qui mène normalement tout droit à la criminalité. «Ce n’est pas parce que vous avez la peau colorée que vous ne devriez pas être mis en contact avec les classiques», dit la Dre Melanie Andrews, la professeure qui a poussé Javier à faire du théâtre.

Neil Dickson est un autre acteur britannique devenu tuteur à Los Angeles. «Le programme change des vies!» s’exclame-t-il. «Ces enfants côtoient de près la criminalité. Le premier jour, ils regardent les œuvres de Shakespeare sans avoir la moindre idée de ce qu’elles signifient. Trois mois plus tard, ils sont en production, arborant fièrement leur costume élisabéthain.» Presque tous les adolescents qui ont participé à la pièce Roméo et Juliette sont ensuite allés au collège.

Javier ne s’intéresse pas plus qu’avant aux livres, mais il lit Shakespeare. «C’était un fou qui voulait tuer son oncle, dit-il en riant. Je suis un garçon de la rue. Je peux comprendre ça.»

***
Questions & réponses avec Sabra Williams
, actrice et mentor de The Actors’ Gang, qui enseigne le théâtre aux jeunes défavorisés de Los Angeles
Comment les acteurs travaillent-ils avec les adolescents?
Nous utilisons une technique très physique et très chargée émotivement, que nous appelons «le style» et qui est, en somme, une version bâtarde de la Commedia dell’arte. Le travail consiste moins à créer de nouveaux acteurs qu’à donner aux jeunes des outils pour qu’ils subliment leurs émotions. Ceux qui sont timides peuvent river leur regard dans celui de leur interlocuteur et parler avec confiance. Des enfants qui ont des difficultés comportementales apprennent comment canaliser leurs émotions pour en faire de l’art et faire partie de l’équipe. C’est vraiment incroyable!

Qu’est-ce que le théâtre peut accomplir pour ces adolescents?
Le théâtre leur offre l’occasion de voir le monde différemment et les aide à réaliser qu’ils peuvent apporter une contribution valable et positive à leur entourage. Au théâtre, les choses pour lesquelles ils sont constamment ostracisés leur apportent l’énergie nécessaire à l’incarnation de leur personnage.

Voyage dans un autre univers

Le théâtre et les adolescents forment une alliance fructueuse et naturelle. La société des poètes disparus, le film de 1989 au succès inespéré, dépeint la vie d’un groupe d’écoliers qui veulent monter une pièce de Shakespeare. Neil, le garçon au cœur du film, a été choisi pour le rôle de Puck dans Songe d’une nuit d’été. Mais, comme Javier Gutierrez, il doit surmonter des obstacles immenses.

Les événements se terminent mieux pour Javier, qui a augmenté ses notes au point d’être éligible au collège professionnel, que par Neil dans le film.

«Je veux encourager tous les professeurs à se servir de Shakespeare pour aider les enfants pauvres», dit Melanie Andrews. «Ça les aide à devenir des personnes plus accomplies.»

Et, ajoute Katy Haber, c’est un modèle qui pourrait marcher partout dans le monde. «Aucun besoin que ce soit Shakespeare. En France, ce pourrait être Molière. En autant que ça permette à des jeunes défavorisés de mettre un pied dans un autre monde.»

Articles récents du même sujet