Uncategorized

École Louis-Riel: la CSDM maintient sa décision

Photo: Steve Caron/TC Media

Malgré une opposition unanime et le dépôt d’une pétition de plus de 1200 noms, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) entend maintenir sa décision de transférer les adultes du Centre Tétreaultville à l’école secondaire Louis-Riel à la prochaine rentrée scolaire.

La manifestation et l’intervention des représentants du conseil d’établissement, du comité de parents, des enseignants et du conseil des élèves de l’école Louis-Riel au conseil des commissaires de la CSDM, mercredi dernier, n’ont pas permis de faire changer la position de la commission scolaire dans ce dossier.

Le directeur des ressources matérielles à la CSDM a indiqué que la capacité d’accueil de l’école était respectée et que le déménagement – d’environ 200 adultes du Centre Tétreaultville – permettrait tout de même aux élèves de Louis-Riel de récupérer trois locaux.

La commissaire scolaire de Mercier, Émilie Auclair, a réitéré qu’il s’agissait de la meilleure solution.

La déclaration du commissaire de Villeray – François-Perrault – Parc-Extension, Kenneth George, qui s’est dit «abasourdi et attristé de ne pas trouver de solidarité spontanée» en comparant la situation de l’école Louis-Riel à celle de l’incendie survenu il y a quelques années à l’école secondaire Père-Marquette, a soulevé la colère des représentants de Louis-Riel.

«Nous accueillons depuis cinq ans les élèves de l’école Baril. Si ça ce n’est pas de la solidarité…», de commenter Dominique Lalonde, membre du conseil d’établissement de l’école Louis-Riel.

Le départ des élèves de Baril est prévu à la fin de la présente année scolaire. Le conseil d’établissement croyait bien pouvoir récupérer leurs locaux à la rentrée scolaire 2017. La commission scolaire en a plutôt décidé autrement.

Mais les opposants n’ont pas dit leur dernier mot. Ils examinent présentement la possibilité d’entreprendre des recours juridiques.

Ils demeurent convaincus que le processus n’a pas été respecté par la commission scolaire.

La Politique de la CSDM concernant la révocation ou la modification de l’acte d’établissement d’un établissement d’enseignement stipule que «la commission scolaire doit, en tout temps, demander au conseil d’établissement d’étudier la révocation ou la modification de l’acte d’établissement», ce qui inclut la «réaffectation d’une partie de l’immeuble (location partielle, cohabitation, agrandissement)».

«Remettre une copie du Plan triennal des immeubles 2017-2020 avant son adoption le soir même, ce n’est pas ce que j’appelle une consultation publique», conclut M. Lalonde.